Sécurité des réseaux : IBM dégaine un brevet basé sur la blockchain

Réseaux
sopra-steria-iota-blockchain-securite-iot

L’office américain des brevets (UPSTO) a révélé qu’IBM avait déposé avec succès un brevet pour une solution basée sur la blockchain permettant de détecter les violations de sécurité dans un réseau.

Dans le domaine des systèmes de sécurité pour les réseaux, IBM avance à grand pas grâce à la blockchain.

Big Blue a en effet déposé un brevet auprès de l’agence américaine des brevets (USPTO pour United States Patent and Trademark Office). De ceux qui pourraient changer la donne dans la sécurité des réseaux et ce, grâce à la blockchain, un domaine dans lequel la firme américaine est très active.

Le monitoring pour alimenter le livre de compte virtuel

Les documents déposés initialement en septembre dernier auprès de l’USPTO précisent que les violations pourront être détectées avec sa technologie basée sur la blockchain. Comment ?

Grâce à un système connecté de moniteurs de réseau qui enregistrent les événements survenant sur le réseau, dont d’éventuelles violations.

Les pirates auront beau tenté de masquer leurs traces, elles seront toujours détectables via les enregistrements effectués par le monitoring multiple.

Les différentes sauvegardes réalisées sur un « livre de compte » virtuel qu’est la blockchain permettent de garantir que toutes les informations sont consignées et cohérentes entre elles. En cas d’incohérence, l’administrateur de réseau est alors automatiquement alerté. Les intrusions potentielles sur le réseau peuvent ainsi être surveillées et détectées.

Le consensus pour détecter des incohérences sur le réseau

Le brevet précise que c’est cette incohérence qui empêche le consensus, la règle de base qui régit la blockchain : «La configuration de moniteurs synchronisés dans une blockchain garantit un consensus entre les moniteurs. Dans la mesure où un moniteur seul ne peut pas modifier le journal des événements dans le passé ou ne peut pas le simuler à l’avenir, si un moniteur est piraté, il peut ne pas y avoir de consensus entre les moniteurs synchronisés et l’événement peut ne pas être écrit dans le journal.

Dans son brevet, IBM explique aussi que « la surveillance des données peut identifier des problèmes, observer des conditions ou suivre des métriques en enregistrant les événements d’un système informatique ou d’un réseau donné. »

L’utilisation de la technologie blockchain dans les systèmes de contrôle contribuera donc à la création de réseaux moins vulnérables.

IBM est aux avant-postes en termes de publications de brevets liés à la blockchain. Big Blue est en effet au coude à coude avec la société chinoise de commerce en ligne Alibaba. Selon un récent rapport publié par iPR Daily, spécialiste de la propriété intellectuelle, Alibaba a enregistré 90 brevets, suivi par IBM avec 89 brevets.

Le mois dernier, IBM a déposé une demande de brevet lié aux règles de confidentialité des drones en cas de risque élevé.

(Crédit Photo : Montri Nipitvittaya-ShutterstockCrédit Photo : Montri Nipitvittaya-Shutterstock)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur