Sécurité des réseaux : IBM dégaine un brevet basé sur la blockchain

Réseaux
sopra-steria-iota-blockchain-securite-iot

L’office américain des brevets (UPSTO) a révélé qu’IBM avait déposé avec succès un brevet pour une solution basée sur la blockchain permettant de détecter les violations de sécurité dans un réseau.

Les déploiements de l’intelligence artificielle (IA) progressent dans l’industrie. Mais des freins à une adoption à grande échelle perdurent. C’est ce que montre une enquête (The Present and Future of AI in the Industrial Sector) promue par Hewlett Packard Enterprise (HPE) et les organisateurs de la conférence Industry of Things World.

858 managers et dirigeants du secteur (IT, production, transport, chimie, énergie, industrie des biens de consommation) ont répondu au questionnaire en ligne. Il leur a été soumis le mois dernier, en amont de l’édition berlinoise d’Industry of Things World, salon de l’internet des objets (IoT) industriel. 84% des répondants sont européens.

Résultat : 61% des décideurs disent avoir engagé des projets d’IA. Parmi eux, 36% déclarent ces projets comme étant en phase d’évaluation. 14% envisagent de déployer la technologie dans des activités ou fonctions clés de leur organisation. Et 11% l’ont déjà fait. Les principaux déploiements concernent : la R&D (38%), la maintenance (34%), les opérations (32%), les services (29%), l’ingénierie et la conception produit (24%).

De surcroît, 95% des répondants qui ont déjà déployé l’IA au sein de leur entreprise estiment avoir atteint ou surpassé leurs objectifs. À commencer par une plus grande efficacité des opérations (le principal objectif d’un déploiement IA pour 57% des répondants) et l’amélioration de l’expérience client (45%). Le renforcement des produits et services (41%), l’augmentation de la productivité des employés (40%) et l’adaptation rapide au changement des conditions du marché (37%) arrivent ensuite.

11% de croissance d’ici 2030 ?

Enfin, les professionnels interrogés envisagent d’investir 0,48% de leur chiffre d’affaires sur l’IA dans les 12 mois à venir. Un taux non négligeable. À titre de comparaison, les entreprises manufacturières consacrent en moyenne 1,95% de leurs revenus à leur budget IT mondial, selon le cabinet Deloitte (source : Deloitte 2016-2017 Global CIO Survey (source : Deloitte 2016-2017 Global CIO Survey).

À plus long terme, les répondants de l’enquête HPE/Industry of Things World s’attendent à une croissance de leur chiffre d’affaires de 11,6%, en moyenne, d’ici 2030. Et, parallèlement, à une hausse de 10,4% de leurs marges. Le tout grâce à l’adoption de l’IA.

Du côté de l’infrastructure IT, l’hybride l’emporte. Les déploiements de l’IA industriel se répartiraient, à parts égales ou presque, entre les datacenters ou le cloud, d’un côté, et la périphérie du réseau, de l’autre (l’Edge computing dans lequel HPE investit massivement).

Mais il existe des freins à une adoption étendue de l’intelligence artificielle dans l’industrie. Les principaux sont : le manque de données en qualité et en quantité pour alimenter les algorithmes de l’IA (pour 47% des répondants). Suivi par un déficit d’expertise sur l’IA et ses traitements (42%). Et, enfin, les défaillances de la gouvernance data (34%).

Malgré tout, les industriels sont plutôt optimistes. 63% pensent même que les nouveaux métiers créés par l’IA vont compenser les destructions d’emplois rendus obsolètes.

(crédit photo © Lightspring-Shutterstock)

Lire aussi :