La sécurité de iOS compromise lors des connexions à  un PC

DSI

iOS, l’OS mobile des iPhone et iPad, est réputé être plutôt bien sécurisé, grà¢ce à  son bon niveau d’isolation et au travail d’Apple pour éviter la présence de malwares sur l’App Store. Mais, selon une équipe de chercheurs du Georgia Institute of Technology, cette barrière de défense peut être contournée lorsqu’un terminal iOS est connecté

iOS, l’OS mobile des iPhone et iPad, est réputé être plutôt bien sécurisé, grà¢ce à  son bon niveau d’isolation et au travail d’Apple pour éviter la présence de malwares sur l’App Store. Mais, selon une équipe de chercheurs du Georgia Institute of Technology, cette barrière de défense peut être contournée lorsqu’un terminal iOS est connecté via USB à  un PC infecté (qu’il soit sous Windows ou OS X). Déjà  à  l’origine avec son équipe d’une compromission de l’iPhone via une app infectieuse qui avait brièvement échappé à  la vigilance d’Apple l’an dernier, Tielei Wang revient avec une méthode ne reposant plus directement sur le téléchargement d’une app infectée, mais sur la connexion par USB d’un iPhone à  un ordinateur infecté.

La démarche de Wang et des autres chercheurs de Georgia Tech consiste à  tromper l’iPhone ou l’iPad connecté pour l’autoriser à  télécharger une application malveillante à  l’insu de l’utilisateur. Cette attaque, de type Man-in-the-Middle, contourne l’App Store en utilisant les certificats autorisés par Apple pour permettre à  des entreprises de créer leurs propres circuits de distribution d’apps (donc à  signer ces dernières). «  Infecter un grand nombre de terminaux iOS via des botnets est possible   », assurent les auteurs. Selon une analyse de ces derniers sur plus de 500  000 adresses IP de PC zombies, 23 % d’entre eux sont parfois connectés à  des appareils iOS.

Cookies en libre service

Selon Tielei Wang, Apple a été prévenu de l’existence de cette faille en 2013 et a apporté certaines modifications à  son process. Avec notamment l’apparition d’un message avertissant l’utilisateur des risques lors de la première connexion à  un PC spécifique.

L’équipe de Tielei Wang a également mis au jour une autre faiblesse, toujours lors de connexions via USB à  des ordinateurs. En plus d’iTunes, le PC a alors également accès au périphérique iOS via un protocole baptisé Apple File Connection. Or, via ce dernier, les chercheurs sont parvenus à  récupérer des cookies https, renfermant les informations de connexion des utilisateurs. Notamment ceux de Facebook ou Gmail. «  Nous pensons qu’Apple a trop fait confiance aux connexions USB   », a expliqué Tielei Wang à  nos confrères de CIO.com.

A lire aussi :

Android grignote la mainmise d’iOS en entreprise

iOS 7 faillible sur les pièces jointes et Siri

 


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur