Sept ans de prison pour le pirate de DirecTV

Sécurité

La sanction est tombée pour Martin Mullen, un canadien de 50 ans, qui devra payer directement à DirecTV et son provider de ‘smartcards NDS’ un dédommagement de 24 millions de dollars

Son crime ? Avoir mis en place un circuit de piratage et de revente de milliers de cartes pour obtenir un accès à la TV par satellite aux États-Unis et au Canada. Selon des sources partie prenantes du procès, Mullen était bien un expert en « cracking » de ‘smartcards’ DirecTV. Le piratage de ces cartes permettait aux utilisateurs d’avoir accès à tous les programmes sans contrôle et, bien sûr, gratuitement.

Même s’il a plaidé coupable, Mullen a confirmé qu’il était à la tête d’un réseau de plus de 100 distributeurs en Amérique du Nord. Le juge Richard A. Lazzara a accepté l’hypothèse qu’au moins 16.000 cartes avaient été produites, chaque carte coûtant à DirecTV et NDS au moins 1.500 dollars de manque à gagner, on arrive aux 24 millions de dollars demandés. Mullen est donc maintenant en prison au centre de détention de Miami alors que les ingénieurs de NDS tentent eux de « cracker » les données chiffrées contenues sur une ‘memory stick’ retrouvée sur Mullen lors de son arrestation. Ils pensent d’ailleurs y trouver des comptes en banque offshore où Mullen aurait stocké le fruit de ses agissements illégaux. Selon quelques estimations, le coût de ce piratage pourrait en réalité avoir représenté, pour DirecTV, près de 1,2 milliard de dollars, car leurs estimations internes seraient plus proches de 68.000 cartes que de 16.000. Depuis cet épisode, DirecTV a mis en place sa quatrième génération de ‘smartcards’, la “P4” qui jusqu’à ce jour n’a pas été revendiquée comme “crackée”. (*) pour Vulnerabilite.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur