Servergy sort le premier serveur Power non-IBM

CloudDatacenters

Servergy est la première société, hors IBM, à annoncer un serveur – un blade animé par 8 cœurs – basé sur le Power de Big Blue. Par la même occasion, la société intègre l’OpenPower Consortium, alliance qui doit raviver la flamme d’une architecture en déclin sur le marché des serveurs.

Servergy a dévoilé son nouveau serveur Blade Cleantech Server CTS-1000. Sa particularité : il intègre un processeur à architecture Power (Performance Optimization With Enhanced RISC).

Il est bien entendu prématuré pour savoir si cette annonce aura un effet salvateur sur les ventes de puces Power pour serveurs, ventes en déclin face au règne des processeurs x86. Un règne qu’ARM entend d’ailleurs bien contester avec en particulier ses architectures Cortex-A50 64 bits à jeu d’instructions ARMv8. Mais l’architecture Power pourrait donc également avoir son mot à dire.

Retour en août 2013, période à laquelle IBM annonçait sa volonté de licencier son architecture Power. Big Blue expliquait ainsi que sa technologie de processeurs serait proposée à d’autres sociétés sous forme de licences. Dans le cadre de ce revirement stratégique, IBM avait formé le consortium OpenPower avec Nvidia, Google, Mellanox Technologies, Suzhou PowerCore Technology Company, usion-IO, Xilinx et Tyan Computer. En début de semaine, c’est Altera qui rejoignait le consortium. Au tour maintenant de Servergy de venir grossir les rangs de l’OpenPower Consortium.

Power8 ? Probablement pas

Avec son serveur Blade, la société fait aussi entrer l’architecture Power de Big Blue dans le segment des serveurs d’entrée et de milieu de gamme. En effet, le CTS-1000 est, selon Servergy, destiné à des tâches pour le Big Data et le Cloud, deux segments porteurs.

Dans cette optique, le serveur qui ne pèse que 4,08 kg est en mesure de faire tourner de nombreuses distributions Linux telles que Suse, Red Hat et Ubuntu. Il dispose de 8 cœurs Power cadencés à 1,5 GHz. On ne sait pas s’il s’agit d’une architecture Power8. Toutefois, la présence de l’interface PCIe 2.0 semble plutôt pointer vers le Power7 (ou même Power6), puisque le Power8 supporte en standard le PCIe 3.0.

Servergy de préciser que sa machine consomme 100 watts au maximum et qu’elle peut gérer jusqu’à 32 Go de RAM DDR3, dispose deux ports 10 Gigabit Ethernet ainsi que deux autres Gigabit Ethernet et de nombreuses baies pour le stockage.

Les tarifs n’ont pas encore été publiquement dévoilés.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur