Entre serveur et supercalculateur, SGI UV 2 joue la surenchère dans le in-memory

Cloud

SGI signe son retour dans la course à la puissance avec UV 2, un calculateur bourré de processeurs Intel Xeon et de mémoire, carrossé comme une formule 1 du in-memory.

SGI, challenger du Top500 des supercalculateurs et figure déclinante du monde du calcul, nous offre sa recette pour se faire de nouveau remarquer : proposer une alternative aux clusters avec une machine qui exploite au maximum et en masse les dernières technologies x86, associées à un maximum de mémoire vive, pour répondre aux attentes de l’in-memory.

La force de l’image mémoire unique

Là où les constructeurs tendent à multiplier les clusters et les nœuds construits sur des architectures classiques, SGI propose un châssis qui embarque des processeurs Intel Xeon E5-4600 de dernière génération, d’une part, un très gros volume de mémoire, d’autre part, et relie le tout via son architecture blade Numaflex. L’astuce est de réunir l’ensemble dans une image mémoire SSI (single system image) qui est en fait une stack matérielle unique pilotable via un Linux SUSE ou Red Hat non modifié.

SGI UV2Résultat : les applications de gestion ou de calcul et les données peuvent tourner sans modification dans une puissante architecture dédiée à l’in-memory. L’ensemble s’exécute en mémoire, ce qui accélère les traitements, réduit les accès disques et supprime en partie le goulot d’étranglement des I/O (entrées/sorties). Pour cela, une configuration SGI UV 2 peut embarquer un maximum de 256 sockets CPU, chacun pouvant accueillir un processeur Intel Xeon E5-4600, cumulant jusqu’à 2048 cœurs, donc 4096 threads. Rappelons qu’un thread est un ‘tunnel’ dans un cœur de processeur dans lequel s’exécute une opération, ce qui permet de doubler et paralléliser les tâches accomplies par le processeur.

Jusqu’à 64 To uniques ou partagés

Un châssis peut accueillir 4 racks boîtiers de montage 10U (au format 19 pouces). 8 lames de 8 sockets peuvent prendre place dans chaque rack. Côté mémoire, SGI UV 2 peut embarquer jusqu’à 16 To par rack, soit un maximum de 64 To par système. La communication de l’ensemble est assurée par 6 connexions Numalink. Rappelons que Numalink est un bus haute vitesse basse latence développé par SGI qui fonctionne comme un cluster de mémoire partagée entre les processeurs. Dans sa dernière version (6), Numalink affiche une performance pouvant atteindre 6,7 Go/s bidirectionnels en pic de bande passante.

Pour bien comprendre l’intérêt de cette solution in-memory, il faut voir une configuration SGI UV 2 comme offrant un bloc mémoire unique (SSI) piloté par une instance d’OS unique. Le calculateur fonctionne alors comme une station de travail qui peut exécuter tout type d’application sous Linux, de la bureautique au calcul HPC (High Performance Computing) – sur le calcul, SGI UV 2 supporte également la technologie Many Integrated Cores (MIC) d’Intel et les accélérateurs GPU Nvidia Quadro et Tesla – le système tirant toute sa puissance d’une part de la densité des technologies embarquées, mais également du scale-out qui permet de multiplier et d’empiler – jusqu’aux limites de la machine – la charge de travail sans qu’il soit nécessaire d’adopter une solution multi-instances qui évolue en cluster.

Le tarif démarre à 25 000 euros HT

« Avec cette plate-forme SGI UV de nouvelle génération, non seulement nous avons fait progresser la capacité de mémoire partagée et le nombre de cœurs correspondants, et de plus ces avancées technologiques s’accompagnent d’une baisse du prix du serveur », explique le Dr Eng Lim Goh, CTO de SGI. « La configuration d’entrée de gamme de SGI UV 2 est 40 % moins chère que SGI UV 1. Les chercheurs vont pouvoir investir dans de gros systèmes à mémoire partagée plus accessibles que jamais, au coût total de possession plus avantageux que celui des clusters. »

SGI UV2 ouvert


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur