Services secrets français cherchent ingénieurs…

Sécurité

La DGSE recrute et le fait savoir. Non plus des James Bond et autres athlètes casse-cous mais plutôt des forts en maths, ingénieurs télécom et informaticiens

Vous êtes linguiste, mathématicien, ingénieur en informatique ou en télécommunications, la petite annonce des services secrets français pourrait bien vous intéresser. Déjà, depuis une semaine, la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) propose sur le site du ministère de la Défense des stages de fins d’études aux scientifiques.

La DGSE a manifestement un peu de mal à recruter des spécialistes pour les centaines de postes ouverts au recrutement par la loi de programmation militaire. Dans un premier temps, les services de renseignement proposent des stages qui concernent tous le renseignement technique, ou TECHINT (technical intelligence).

Les postes ouverts aux stages concernent des domaines particuliers tels que le traitement du signal (SIGINT, pour Signal Intelligence), l’électronique, l’imagerie (IMINT, pour Imagery Intelligence) mais aussi les systèmes d’information géographique, mathématiques et cryptographie, sécurité des systèmes d’information, ingénierie informatique, télécommunications.

Des offres qui vont dans la droite ligne du virage initié par Nicolas Sarkozy d’orientation des services de renseignement français vers les nouvelles

méthodes de communication, notamment informatiques. Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale devrait se traduire par le recrutement d’ici 2014 de 690 personnes supplémentaires à la DGSE. Un budget en hausse de près de 30% a même été voté.

Un vœu de considérer les menaces informatiques au plus haut niveau : “La guerre informatique est une préoccupation majeure: d’une part, une conception nouvelle de la défense informatique, organisée en profondeur et coordonnée par une agence de la sécurité des systèmes d’information; d’autre part, la constitution de capacités de lutte informatique offensive qui seront développées, pour les armées, sous l’égide de l’état-major des armées, et en outre par des services spécialisés”, peut-on lire dans le Livre blanc.

Les qualités requises sont la discrétion et la curiosité, le sens du contact et l’aptitude à la solitude… Bien loin de l’image de James Bond, Martini Dry, au volant belles anglaises.

La DGSE, premier service de renseignements français est composée de 4.500 hommes et femmes et d’un millier d’agents du service action.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur