Pour gérer vos consentements :

SFR s’aligne presque sur l’offre de Free Mobile

SFR vient de mettre à jour son offre mobile sans engagement Red. L’opérateur propose désormais l’illimité voix pour 19,90 euros TTC par mois. Une offre qui vise directement à concurrencer le forfait Free Mobile à moins de 20 euros et, accessoirement, B&You de Bouygues Telecom qui s’était immédiatement aligné sur les conditions du nouveau concurrent dès janvier.

Un alignement qu’avait annoncé Frank Cadoret, le directeur général de l’opérateur, dans une interview donnée au NouvelObs le 15 mai. « D’ici 15 jours, nous allons nous aligner sur l’offre à 19,90 euros avec appels, SMS, MMS illimités et accès internet jusqu’à 500 Mo », y déclarait-il.

500 Mo contre 3 Go

C’est donc chose faite à en croire la grille tarifaire de SFR (voir ci-dessous). Néanmoins, à ce tarif, l’abonné bénéficiera de 500 Mo de données Internet et non de 3 Go comme le propose ses concurrents. Pour en obtenir plus, le client devra ajouter 5 euros à sa facture. Encore ne bénéficiera-t-il que de 1 Go. Soit une offre inférieure à celle d’Orange Sosh qui, pour le même prix, propose 2 Go de données. En réponse à cette différence, SFR met en avant son réseau mondial de hotspots Wifi (issu du partenariat avec l’opérateur de Wifi communautaire Fon) dont près de 4 millions en France, son support, ses services en boutique, etc.

Si SFR fait montre d’un bel effort, il n’entend pas concurrencer l’offre à 2 euros (60 minutes/60 SMS) de Free Mobile. « Pour assurer les 60 minutes de communication, il faut bien payer un réseau. Pour Free, il s’agit surtout d’une offre de lancement pour attirer de nouveaux clients », justifie le dirigeant. Les budgets modestes se tourneront donc, au mieux, vers l’offre à 9,90 euros TTC pour 2 heures de communications et SMS illimités mais sans Internet de l’opérateur filiale de Vivendi.

SFR semble donc amorcer un virage stratégique. Il y a encore quelques semaines, la société mettait en avant la qualité de son réseau, les offres 3G+ à 42 Mbit/s (lancées fin 2011), etc. La perte des 274 000 abonnés mobiles sur le trimestre et le chiffre d’affaires en baisse du groupe ont visiblement eu raison de la politique menée jusqu’alors. Mais en ne s’alignant qu’à moitié, SFR risque de ne remonter la pente qu’à moitié. Ou la dégringoler.

Crédit photo © SFR/P. Couette 2009


Voir aussi
Quiz ITespresso.fr – Connaissez-vous bien les opérateurs mobiles ?

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago