SFR et Capgemini rallient le consortium Eurely de Galileo (GPS)

Régulations

Le consortium Eurely, formé des Européens Alcatel, Finmeccanica et Vinci Concessions, accueille SFR et Capgemini parmi ses membres. Ce consortium a fait acte candidature pour être le concessionnaire de l’infrastructure de Galileo, le futur système de positionnement par satellite

L’Europe des télécoms continue de poser ses marques face aux Etats-Unis. Au moment où se signait à Dublin l’accord entre les Etats-Unis et l’Union Européenne concernant la compatibilité entre le GPS d’origine US et Galiléo (cf. notre article), le consortium européen, qui fait partie des pré-sélectionnés pour prendre en charge son exploitation, a accueilli deux nouveaux membres.

SFR est le premier opérateur de mobiles à rejoindre le consortium. Pour l’opérateur, le ‘GPS européen’ permettra, en complément de son service « C autour de vous » (localisation de boutiques, banques…), d’offrir de nouvelles applications basées sur la localisation afin de faciliter la vie quotidienne de leurs clients, par une simple utilisation de leur terminal mobile. Autre nouveau membre du consortium: Capgemini. Alexandre Haeffner, directeur des opérations groupe, explique: «Les leaders de l’industrie européenne des services doivent regrouper leurs forces avec les promoteurs de ce consortium pour mener à bien ce programme [Eurely]. (…) Les services offerts par Galileo renforceront la compétitivité de nos clients.» Le tour de table de ce consortium Eurely, conseillé par Deutsche Bank, autour d’Alcatel, ne s’arrêtera pas là. Pour rappel, le système de positionnement par satellite Galileo sera sous-tendu à une constellation formée de 30 satellites couvrant la totalité du globe. Compatible avec le GPS américain, mais sur une autre fréquence, il doit permettre de “couvrir les besoins des marchés institutionnels et commerciaux en matière de positionnement et de temps précis et fiable“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur