SFR lance sa solution Femtocell avec Home 3G

Réseaux

Le boîtier SFR Home 3G apporte le haut débit mobile aux sein des foyers qui en sont dépourvus. Indépendamment du fournissseur d’accès

SFR annonce le lancement de son offre Femtocell, une technologie qui permet d’élargir la couverture 3G en empruntant le réseau fixe haut débit pour transmettre les communications passées depuis les téléphones mobiles. Proposé sous forme d’un boîtier baptisé SFR Home 3G, le Femtocell fait ainsi office de mini antenne 3G/3G+ à domicile. « Le Femtocell offre une meilleure couverture et débit jusqu’à 5 personnes en usages voix et données simultanés », explique Pierre-Alain Allemand, directeur général réseau chez SFR.

Pratiquement, le Home 3G se connecte à la box ou au modem-routeur ADSL du domicile quel que soit le fournisseur d’accès. En revanche, l’appareil ne se synchronise qu’avec les téléphones SFR, ce qui pourrait ainsi pousser tous les membres du foyer à se fournir chez le même opérateur mobile. Son rayon d’action est d’environ 15 mètres. De quoi répondre aux besoins de la plupart des architectures résidentielles.

Orange, Free ou Bouygues Telecom, notamment, risquent donc fort de ne pas apprécier de prêter une partie de leur réseau pour acheminer les données d’un concurrent. Ce qui devrait les poussera à proposer des solutions similaires à terme. Free Mobile, s’il obtient la fameuse quatrième licence mobile, envisage le Femtocell et profiter de ses 3 millions de Freebox pour construire rapidement son réseau mobile.

Le SFR Home 3G ne s’adresse qu’à une franche de la population relativement limitée. Celle qui, en limite de réseau, reçoit mal ou pas le signal de communication de l’opérateur. Plus qu’un gadget, le boîtier Femtocell vise donc à apporter une amélioration de service. Mais au prix fort : Home 3G est commercialisé 199 euros.

De plus, son adoption pourrait être freinée par les craintes que les ondes électromagnétiques suscitent dans une partie de la population et qui fait débat en France, tant dans les tribunaux qu’auprès des pouvoirs publics et des scientifiques. Mais selon Pierre-Alain Allemand, les dangers ne viendront pas du Femtocell, au contraire. « Le signal du Femtocell est dix fois moins puissant que le wifi et, en apportant la 3G dans les foyers, les téléphones réduisent leur puissance d’émission des ondes », et donc leurs nuisances potentielles. Il n’en reste pas moins que les boîtiers Femtocell s’ajouteront aux appareils émetteurs d’ondes électromagnétiques déjà installés.

Enfin, SFR va poursuivre la construction de son réseau mobile haut débit pour atteindre les 98 % de couverture la population d’ici 2011 (contre 80 % aujourd’hui malgré ses obligations de couvrir plus de 99 %… en 2007). Un élargissement de la couverture du réseau qui viendra inévitablement remettre en cause l’intérêt du boîtier Femtocell.

Il restera donc à vérifier l’accueil que les consommateurs feront au SFR Home 3G. Il n’en reste pas moins que SFR s’inscrit comme précurseur sur ce domaine en France. De plus, le service allant dans le sens des développements de la convergence fixe-mobile, Home 3G pourrait s’inscrire comme la première brique d’un édifice plus vaste que SFR pourrait préparer avec la multiplication des nouvelles générations de téléphones dites smartphone dont les services tendent à se concentrer sur le web plus que la voix.

SFR Home 3G, le boîtier Femtocell de SFR.” class=”aligncenter” />


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur