SFR lance ses mobiles 3G / UMTS

Régulations

Comme prévu, la téléphonie mobile de troisième génération de SFR sera disponible pour une partie des français avant décembre. L’opérateur dame ainsi le pion à Orange qui se dit confiant pour un lancement avant Noël

Ca y est. Après de longues années de retard, de tergiversations, de doutes financiers et techniques, de tests un peu partout en France, la téléphonie mobile de troisième génération grand public (3G ou UMTS) sera bel et bien lancée à grande échelle entre novembre et décembre. Ces lancements suivront de quelques mois ceux destinés aux entreprises (relire nos articles).

Contrairement aux premiers calendriers, SFR dégainera le premier. La date est officielle: la conférence de presse de lancement se déroulera ce mercredi 10 novembre à Paris. Orange qui avait d’abord évoqué octobre, annonce désormais un lancement avant Noël. Le deuxième opérateur français y présentera ses forfaits, ses services (VISIO, Vidéo, TV en Live…), ses tarifs et la couverture. La technologie 3G permet à partir d’un combiné dédié d’accéder à une connexion à haut débit (384 kilobits par seconde en théorie), contre 20 à 30 kb/s pour l’actuel GPRS (2,5G). L’UMTS est ainsi très utile pour surfer sur le Net sans fil, mais aussi et surtout pour avoir accès à des contenus riches (vidéo, musique…), à des services multimédias, à la vidéophonie, les MMS… On attend avec impatience de connaître le contenu précis des services proposés par SFR et surtout leur mode de facturation, élément clé pour la réussite de l’opération. Certaines informations ont déjà circulé. Lors des tests à grande échelle, SFR annonçait quatre tarifications, “qui seront les mêmes que celles proposées au grand public en novembre”, avait-on indiqué. Le principe : une offre mixte globale exprimée en durée, mais qui se ventile en temps de communication voix, visiophonie et messages (SMS et MMS) selon l’usage. Ces offres vont de 46 euros (3 heures) à 102 euros (10 heures). Quatre modes de facturation? Même chose pour les services. Après avoir demandé leur avis aux clients via un sondage, il ressort que la visiophonie (la possibilité de voir en direct son interlocuteur) est très attendue, ainsi que la vidéosurveillance et l’accès à des contenus vidéo variés (actualité, sport, divertissement…). Avec les MMS vidéo, ces services seront les premiers à être disponibles. Néanmoins, il faut savoir que la couverture du territoire ne sera pas totale. La 3G concernera d’abord les grandes agglomérations, entre 15 et 20 à la fin de l’année chez les Orange et SFR, soit un tiers de la population. Pour y remédier, les combinés seront multi-réseaux: le mobile se connectera au réseau le plus approprié. Mais quels seront ces combinés? C’est la grande question. Encore moult questions Longtemps, des problèmes technique, notamment de surchauffe, ont retardé les lancements. Les opérateurs ont à plusieurs reprises souligné leur mécontentement. Lors de tests récents en situation réelle, SFR a annoncé que deux terminaux seront disponibles, le premier, du constructeur coréen Samsung (le SGH-Z105), sera vendu hors promotion à 499 euros. Il sera proposé à 1 euro en offre de lancement pour les 5.000 premiers clients. Un deuxième téléphone, du suédois Ericsson (le Z1010), sera commercialisé au même prix. Mais des problèmes restent en suspens: quid de la taille des écrans? (dont la dimension doit être adaptée aux services 3G) et surtout quid de l’autonomie? Les mobiles UMTS sont confrontés à des problèmes de consommation d’énergie qui pénalisent l’usage du multimédia. SFR répondra certainement à ces questions. La 3G représente un virage clé pour les opérateurs de téléphonie mobile qui ont frôlé la faillite après avoir acheté des licences à prix d’or. Mais les utilisateurs, qui ont renouvelé en masse leurs vieux combinés monochromes 2G pour passer aux mobiles couleur 2,5G en 2003-2004 remettront-ils la main au portefeuille pour passer à la 3G? Rien n’est moins sûr.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur