Pour gérer vos consentements :

Shadow Brokers : la NSA coupable de silence et de négligence

L’enquête menée sur le vol d’outils de piratage, ainsi que des failles zero day de la NSA par le groupe Shadow Brokers montre que l’agence américaine était au courant depuis 3 ans de la perte de ces informations. Une négligence d’un des collaborateurs serait à l’origine de cette fuite, rapporte plusieurs sources à Reuters.

Pour rappel, le 15 août dernier, un groupe de hackers appelé Shadow Brokers a annoncé avoir piraté des systèmes informatiques utilisés par Equation, une organisation réputée proche de la NSA. A l’appui de ses affirmations, ce groupe jusqu’alors inconnu a posté deux archives sur des sites de partage. La première, en libre accès, renferme 300 Mo de données, où se mêlent des outils et des techniques pour infiltrer des systèmes.

Une erreur humaine et un silence de 3 ans

Bien évidemment une enquête a été diligentée et on commence à en savoir un peu plus. Selon les sources citées par l’agence de presse, les autorités américaines s’orientent vers le scénario de la négligence d’un des employés de la NSA qui a laissé un des outils d’infiltration sur le PC d’un pirate Russe. Ce dernier aurait trouvé le logiciel en question et ainsi avoir accès à d’autres méthodes de surveillance. La faute aurait été reconnue par le collaborateur qui n’est depuis plus en poste à la NSA.

Pire toujours selon les mêmes sources, la NSA aurait été au courant depuis plus de 3 ans de cette effraction par inadvertance. Mais elle a préféré se taire. Pourtant, les outils dérobés par le groupe Shadow Brokers contiennent des bombes en puissance, comme nous l’évoquions dans plusieurs papiers. Des sociétés comme Cisco, Fortinet ou Juniper ont toutes validé les failles zero day dans leurs produits. La question à laquelle devra répondre la NSA est pourquoi avoir gardé le silence sur ces failles pendant 3 ans ? Surtout que dans les orientations gouvernementales américaines, la NSA doit aider les entreprises à réparer les failles critiques.

Il est probable que, en gardant le secret, la NSA voulait certainement surveiller le trafic Internet pour savoir qui allait utiliser ces outils et vulnérabilités.

A lire aussi :

NoPen, un malware du groupe Equation pour les systèmes Unix

Une faille Shadow Brokers exploitée par des hackers : Cisco a-t-il bâclé le boulot ?

Crédit Photo : Imilian-Shutterstock

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago