Sharp affiche sa confiance dans le marché français

Cloud

Le matraquage publicitaire à l’occasion de la coupe du monde de football n’explique pas tout?

Après un bon exercice 2005/2006 avec une croissance de 48% de son chiffre d’affaires la filiale française du leader de l’écran LCD anticipe sur une hausse de 50% de ses ventes

Le directeur général du département électronique grand public de la division française de Sharp Electronics, Patrick Chardin, justifie ces bonnes perspectives dans les colonnes du quotidien Les Echos :“Sharp France est optimiste, car il y a actuellement une très forte demande en écrans à cristaux liquides, LCD, et en panneaux solaires”. Fin mars 2006, la filiale a bouclé son exercice avec un chiffre d’affaires de 220 millions d’euros. La confiance affichée par le responsable du groupe s’explique aussi par la puissance de l’arsenal industriel de Sharp en Europe. La firme se prépare depuis plusieurs mois à une progression très forte et rapide de la demande. Rappelons que le mois dernier, Sharp a ouvert un nouveau centre de production en Pologne (lire notre article) et pour assouvir le désir de s’équiper en écrans plats des européens, le groupe dispose également de centres de production en Espagne et en Allemagne. A noter également que le numéro un va doubler la production d’écrans LCD de son site de Kameyana, de 20.000 à 40.000 dalles par mois, et début janvier le japonais a annoncé qu’il allait dépenser 200 milliards de yens (1,44 milliard d’euros) pour développer la production d’une nouvelle usine d’écrans plats dans l’ouest du Japon. Toujours dans cette logique de répondre à la demande, le groupe nippon a signé des partenariats avec des fabricants taiwanais, qui seront chargés de produire les écrans inférieurs à 42 pouces. Concernant le volet professionnel, Sharp table là encore sur une hausse du secteur d’au moins 8%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur