Sharp creuse sa dette, supprime 5000 emplois

Régulations

Après avoir enregistré une lourde perte nette trimestrielle, le groupe électronique japonais Sharp envisage une réduction drastique de ses effectifs au niveau mondial ainsi que la baisse des salaires de ses dirigeants.

Déficitaire, Sharp fait face à sa première vague de licenciements. Le géant électronique nippon qui emploie 56.756 personnes, dont plus de la moitié au Japon, s’apprêterait à supprimer 5000 emplois dans le monde d’ici mars 2013, a rapporté jeudi la presse japonaise. Par ailleurs, les salaires de ses dirigeants pourraient diminuer de 20 % à 50 %.

Une perte abyssale

L’entreprise, qui envisageait initialement de limiter le nombre de ses employés au Japon, a révisé sa copie faute de performances financières satisfaisantes. Au premier trimestre, clos le 30 juin 2012, Sharp a enregistré une perte nette de 138,4 milliards de yens (1,4 milliard d’euros) contre une perte de 49,3 milliards de yens un an plus tôt.

Pour son exercice fiscal annuel arrivant à terme le 31 mars 2013, le groupe japonais envisage une perte nette de 250 milliards de yens, contre 376 milliards lors de son précédent exercice, soit la perte annuelle la plus lourde de son histoire.

Concurrencé par d’autres poids lourds asiatiques sur le marché des téléviseurs et écrans LCD, dont les Sud-Coréens Samsung et LG, Sharp, qui compte le Taïwanais Foxconn (Hon Hai Precision Industry) parmi ses actionnaires, a tout intérêt à réduire ses coûts.

Crédit photo © Chlorophylle – Fotolia.com


Voir aussi
Silicon.fr propose un site dédié à l’emploi IT


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur