Siemens pourrait lâcher la téléphonie mobile

Régulations

Déficitaire, la téléphonie mobile dégrade les résultats du conglomérat industriel allemand Siemens, qui affirme néanmoins qu’aucune décision n’a été prise

Le quotidien allemand

Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung rapporte que le groupe Siemens pourrait céder tout ou partie de sa division téléphonie mobile. Sur le modèle d’Alcatel sans doute, l’industriel rechercherait au moins un acquéreur pour une partie de cette activité. Le quotidien cite le chinois Ningbo Bird, partenaire de Siemens en Chine, parmi les acquéreurs potentiels. Mais quelques heures après, le groupe faisait savoir qu’aucune décision, provisoire ou définitive, n’avait été adoptée au sujet de la division. Il a simplement reconnu qu’elle devait être restructurée. Pourtant, le mois dernier, Heinrich von Pierer, le président du directoire du groupe, avait reconnu qu’il était urgent de trouver une solution pour redresser la division et que le groupe devrait la restructurer, l’adosser à un partenaire, la vendre ou la fermer. La division de combinés mobiles de Siemens (4ème vendeur mondial) a perdu 141 millions d’euros sur le trimestre clos le 30 septembre, en raison d’un rappel de produits et de la concurrence sur les prix. Parts de marché des 6 premiers fabricants de mobiles (3e trimestre 2004 vs 2e)

1er Nokia: 30,9% (29,7%) 2e Samsung: 13,8% (13,5%) 3e Motorola: 13,4% (13,9%) 4e Siemens: 7,6% (6,9%) 5e LG: 6,7% 6e Sony Ericsson: 6,4% (6,6%)

Source: Gartner


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur