Siemens : vers un divorce avec Fujitsu ?

Cloud

Le groupe allemand continue de se réorganiser. Après s’être séparé de sa division mobile, Siemens pourrait se désengager de la société commune Fujitsu

L’édition Europe du Wall Street Journal aurait-il mis les pieds dans le plat ? Le premier fabricant européen d’ordinateurs aurait informé son partenaire nippon de ses velléités de divorce.

La société commune fondée il y a 9 ans détenue à 50 % par Fujitsu et Siemens aurait donc du plomb dans l’aile selon des informations du quotidien économique. Victime d’une guerre des prix dans son secteur, l’allemand avait été contraint au mois de mars dernier de revoir à la baisse ses objectifs financiers pour l’année.

Déjà, au mois de février 2008, Siemens, fleuron de l’industrie allemande, avait anticipé une douloureuse entaille de sa masse salariale avec l’annonce de la suppression de 17.000 emplois. Il faut dire même si le résultat avant impôt de Fujitsu Siemens à légèrement progressé sur le dernier exercice clos fin mars avec 105 millions d’euros, le groupe est bien loin des 250 millions espérés.

Depuis cette date, les problèmes n’ont fait que s’accumuler pour Fujitsu Siemens Computers. Le groupe a annoncé céder à son compatriote Arques Industries 80 % de sa division SHC qui fabrique les téléphones sans fil ce vendredi. De plus, sévèrement secoué par un scandale de corruption d’un noyau de dirigeants, aujourd’hui évincés, le géant allemand n’a plus le choix : il doit poursuivre à marche forcée son programme de restructuration sous la direction de son nouveau patron, un autrichien, Peter Löscher.

Ce dernier n’a, pour l’instant, pas commenté ces rumeurs de divorce. Mais le Wall Street Journal Europe laisse entendre que Fujitsu serait lui aussi las des contre-performances du groupe.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur