{ SILICON – 20 ANS } – SaaS : des logiciels à la sauce service

CloudSaaS
Netscape Chrome navigateurs

Quelles sont les technologies disruptives qui ont marqué la période 2000-2020 ? A l’occasion de son 20ème anniversaire, Silicon effectue un petit retour vers le passé. Aujourd’hui : le SaaS.

C’est dans un document publié en février 2001 que la Software & Information Industry Association évoque pour la première fois le SaaS, un modèle susceptible de « bouleverser l’industrie du logiciel ». Et le bouleversement – c’est même un euphémisme – a bien eu lieu.

Au point que toute l’industrie du logiciel s’est convertie au SaaS. Ce terme de Software as a service avait pour objectif de recouper les réalités technologiques et commerciales naissantes dans lesquelles le logiciel se distribuait – et se concevait plus ou moins – en tant que service.

Un tsunami sur le modèle économique des éditeurs

Nous sommes en pleine époque du « mode ASP » (Application Service Provider) : les applications ne sont pas encore développées nativement pour le Web, mais dotées simplement d’un frontal. Les fournisseurs, éditeurs ou simples hébergeurs, sont confrontés au problème de la viabilité économique.

La virtualisation a contribué à résoudre l’équation en ouvrant la voie aux architectures multilocataires. La baisse concomitante des coûts d’infrastructure et de communication a favorisé les économies d’échelle… et l’essor du SaaS, parallèlement à la croissance des volumes de données.

Les technologies du Web sont les autres facilitateurs, avec les navigateurs comme principales portes d’entrée vers les applications « cloudifiées » . Parmi ces technologies, Ajax, sur lequel repose le traitement de texte en ligne de Writely, base de Google Docs.

Pour les offreurs, ce basculement implique une révision des techniques de conception logicielle. Le rythme d’actualisation s’accélère avec l’avènement des méthodes agiles ; l’élasticité du cloud est mise à profit.

« No Software »

Les approches commerciales aussi évoluent. Elles s’orientent plus sensiblement vers les métiers, quitte à engendrer des usages hors de contrôle du service informatique. Et migrent surtout vers un schéma de revenus récurrents, avec la facturation mensuelle comme principale unité de base. Salesforce, né en 1999 avec une offre CRM 100 % « as a service » , fait figure de pionnier.
On se souviendra de sa campagne « No Software », orchestrée début 2000, et jalonnée de piques à l’encontre de Siebel.

Dans la catégorie des ASP devenus web-native figurent des noms comme Concur et Webex.
Le premier finira dans le giron de SAP, le second, dans celui de Cisco. Le marché mondial du SaaS dépasse aujourd’hui les 100 milliards de dollars. Les offres ultraciblées, ou micro-SaaS, constituent l’un de ses leviers de croissance potentiels.

Dans cette déferlante, des questions de sécurité continuent toutefois de se poser.
Des interrogations concernant la disponibilité, également, ou encore la portabilité et la maîtrise des coûts. La tendance cloud public laisse place à des configurations hybrides, avec une partie du patrimoine logiciel qui demeure sur site.

Découvrez le numéro spécial 20 ans  de Silicon Magazine

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT