Simon Phipps devient président de l’Open Source Initiative (OSI)

Open SourceRégulations
Simon Phipps devient président de l’Open Source Initiative

L’OSI change de président au profit de Simon Phipps. L’organisation accueille également de nouveaux membres affiliés, dont le projet Debian. Deux annonces symptomatiques d’une nouvelle dynamique ?

Simon Phipps prend aujourd’hui la tête de l’Open Source Initiative (OSI). Il succède à Michael Tiemann. Une nomination qui n’est qu’une demi-surprise. C’est en effet lui qui avait été aux commandes lors de la présentation du changement de cap de l’OSI en février dernier. Il était alors membre du conseil de l’organisation.

Simon Phipps est une figure bien connue dans le monde Java, son cœur de métier lorsqu’il était chez IBM. Il a élargi par la suite son champ d’activité à l’open source, lors de son arrivée chez Sun Microsystems. Société qu’il a quittée après son rachat par Oracle… pour rejoindre l’OSI.

Globalement, il s’est beaucoup investi dans des projets open source, en particulier ceux de Sun Microsystems (OpenJDK, OpenSolaris et OpenSparc).

Mouvement d’ouverture pour l’OSI

Suite à sa nomination, Simon Phipps a indiqué à nos confrères de The H qu’il comptait se focaliser cette année sur la transformation de l’organisation de l’OSI.

L’OSI espère rassembler les grands noms du monde open source sous sa bannière. Avec son nouveau mode de fonctionnement, les entités à but non lucratif travaillant sur des projets open source pourront s’investir directement dans cette structure.

Les fondations, associations et projets Apache, CC, Drupal, Eclipse, FreeBSD, Joomla, KDE, Linux, Mozilla, Plone, Sahana et Wikiotics, ont initialement rejoint l’OSI en tant que membres affiliés. Depuis, deux recrues ont été ajoutées : le Cenatic et le projet Debian.

Debian : un soutien de poids

L’arrivée du projet Debian en tant que membre du « nouvel OSI » est un signe fort en faveur de cette organisation.

« Alors que Debian est particulièrement adapté pour faire face aux défis techniques, d’autres organisations sont plus appropriées pour faire face à ceux qui sont plus politiques, comme contrer la désinformation propagée par les entreprises anti-logiciel libre ou les lois injustes répandues mondialement qui rendent illégal le partage de morceaux de logiciel libre. Je respecte le travail réalisé par l’OSI dans ce domaine. Grâce au nouveau schéma d’affiliation, je suis impatient de voir Debian agir activement au sein de l’OSI, » explique Stefano Zacchiroli, chef du projet Debian.

Les membres affiliées de l'OSI


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur