Slack : 3 choses à savoir sur son introduction en Bourse (IPO)

CollaborationLogicielsRégulations

Slack a déposé un dossier auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) pour son entrée à la Bourse de New-York. Voici 3 choses à savoir sur l’IPO de la pépite du travail collaboratif.

 1 – Une cotation directe 

Après avoir bousculé le paysage de la messagerie collaborative, Slack veut aussi cultiver sa différence dans la méthode de cotation qu’elle choisit.
Selon le Wall Street Journal, la pépite de San Francisco va choisir la cotation directe. Un choix inhabituel pour ce type d’opération puisque qu’elle n’implique pas la création de nouvelles actions. Dans ce cas, ce sont les actionnaires existants qui proposent de vendre leurs titres aux nouveaux investisseurs.

L’avantage de cette « formule » est de se passer des intermédiaires habituellement requis, essentiellement les banques qui pilotent l’opération. A l’appui, ce sont quelques millions de dollars économisés.

En revanche, la cotation directe n’est pas la plus avantageuse pour lever des fonds puisque c’est le marché qui va fixer le prix de l’action, selon la perception des informations fournies par la Licorne.  Spotify, leader mondial de la musique en streaming, avait pourtant fait ce choix en mars dernier.

Selon les estimations de Reuters, Slack pourrait néanmoins lever 10 milliards $. Même si on ignore encore le nombres d’actions qui seront proposées au marché.

2 – Une valorisation de 7 milliards $

Créée en 2013, Slack a multiplié les levées de fonds : pas moins de 1O opérations pour un montant total de 1,2 milliards $ . Sa dernière opération d’un montant de 427 millions $, en août dernier, la valorisait un peu plus de 7 milliards $.

Peu gourmande en cash, Slack avait brûlée quelques liquidités avec le rachat des IP de HipChat et de Stride auprès d’Atlassian ou encore d’Astro à la fin de l’année 2018.

Un rachat par Microsoft avait été évoqué en 2016, pour 8 milliards, sans avoir convaincu Satya Nadella et Bill Gates qui auraient refusé la transaction, préférant développer Teams.

3 – 10 millions d’utilisateurs actifs

Dans un secteur où les concurrents se nomment Microsoft Teams ou Facebook Workplace, la capacité à convaincre les clients reste cependant un défi très difficile.

Et la capacité de Slack à s’imposer est impressionnante avec 10 millions d’utilisateurs actifs quotidiens revendiqués dans 150 pays. Une traction ( marque d’intérêt) qui est au coeur de sa valorisation.

L’autre chiffre clé est le nombre d’utilisateurs payants, soit une base de 85 000 clients, en hausse de 50% par an, selon les chiffres fournis par la Licorne.

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur