Slack : un canal de phishing dans les espaces de travail

Sécurité
slack-residence-donnees

Les Alien Labs d’AT&T attirent l’attention sur un vecteur potentiel de phishing dans Slack, à travers les webhooks entrants.

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Utilisateurs de GitHub, attention à ce que vous mettez dans vos dépôts publics.
La dernière publication des Alien Labs d’AT&T le rappelle. Le sujet : une vulnérabilité dans Slack.

À la racine, les webhooks entrants.
Cette fonctionnalité permet d’exposer les espaces de travail à des applications tierces afin qu’elles puissent leur transmettre des données (en HTTP, au format JSON).

Le système est considéré comme peu risqué pour plusieurs raisons :

  • Les webhooks entrants, comme leur nom l’indique, ne permettent que la réception de données.
  • Les URL uniques sur lesquels ils reposent (modèle ci-dessous) sont secrètes.
  • Il faut obligatoirement spécifier un canal cible, ce qui réduit en théorie la surface d’attaque.

URL webhook Slack

Cela dit, ont constaté les chercheurs d’AT&T :

  • Il existe une option qui permet de remplacer le canal cible par un autre… et éventuellement d’y modifier les droits de publication.
  • Une recherche sur les dépôts GitHub publics a suffi à obtenir plus de 130 000 résultats contenant des URL de webhooks.

D’après la documentation de Slack, l’étendue des canaux cibles autorisés dépend du créateur du webhook. Le risque est donc maximal lorsqu’il s’agit d’un administrateur.

Du phishing… éventuellement

L’exploitation combinée de ces paramètres ouvre la porte à des exfiltrations de données. Dans les grandes lignes, on :

  • Crée une application installable par tout le monde.
  • Envoie des messages aux URL dont on dispose pour faire en sorte qu’un utilisateur (ou un bot) installe l’application.
  • Récupère la clé d’accès dudit utilisateur pour bénéficier des autorisations qui lui sont données sur l’espace de travail.

La sécurité étant basée sur le contexte, certains profils sont plus « lucratifs ». Ils offrent d’autant plus de possibilités, dont l’envoi de messages privés à d’autres utilisateurs. Et la propagation entre espaces de travail en exploitant les canaux partagés.

Comment se prémunir ?

Par défaut, tous les membres d’un espace de travail peuvent y installer une application. C’est au propriétaire d’activer les différents systèmes d’approbation disponibles. Entre autres :

– Se limiter au catalogue d’applications validées par Slack
– Approuver les applications manuellement ou sur la base d’une liste blanche
– Utiliser les logs pour détecter les authentifications OAuth suspectes

Du côté de Slack, on pourrait implémenter le principe du « moindre privilège » pour les webhooks. Notamment en n’autorisant pas par défaut la modification du canal cible.

Officiellement, l’entreprise américaine a pour l’instant choisi de détecter les URL exposées au public sur GitHub… et de les invalider.

Slack webhooks entrants URL
« Slack recherche activement les secrets qui filtrent et les révoque. » (extrait de la documentation API)

Illustration principale © Slack

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT