Smartphone : le Samsung Galaxy S3 montre le bout de son nez

MobilitéOS mobilesPoste de travail

Resté tapi dans l’ombre à l’occasion d’un Mobile World Congress qui constituait pourtant le théâtre idéal d’une intronisation en grande pompe, le Samsung Galaxy S3 se dévoile à l’appui d’un curieux cliché. Fausse route ou véritable appel du pied ?

Les observateurs n’avaient guère attendu pour dérouler en son honneur le tapis rouge du Mobile World Congress (MWC 2012). Et pourtant, le Samsung Galaxy S3 est resté dans les cartons. Pour mieux se révéler un mois après, à l’appui d’un intrigant cliché.

Celui qui pourrait bien constituer le prochain smartphone phare de Samsung avait illuminé les festivités barcelonaises de son absence ô combien remarquée. Lui avaient été préférés les dénommés Beam ou encore Pocket, énièmes représentants d’un florilège de terminaux Galaxy intronisés en guise d’amuse-gueule, d’ersatz, voire de bouche-trous, dans l’expectative naissante d’un Samsung Galaxy S3 prometteur… sur le papier.

Aux dernières nouvelles, le consensus s’accordait sur une alliance d’Android Ice Cream Sandwich et d’une interface TouchWiz 5.0. Au regard de la photographie volée objet du débat, il semble qu’une telle éventualité ne soit ni remise en cause, ni corroborée, à la différence de cet écran Super AMOLED de 4,7 pouces, dont la résolution pourrait atteindre les 1280 x 720 pixels. En outre, tout laisse à penser qu’il s’agira d’une dalle intégrale dotée d’un panneau tactile surplombant une unique interface de commande physique, taillée à l’image du bouton central de l’iPhone.

Un employé de Samsung se serait confié, à cet égard, au Korea Times. L’intéressé aurait également confirmé l’implémentation d’un processeur quadricœur maison cadencé à 1,6 GHz, premier fruit d’une démarche d’émancipation vis-à-vis de Qualcomm, qui fabrique notamment les APU de certains modèles du Samsung Galaxy S2. L’évocation d’une gravure à 32 nm laisse augurer d’un Exynos 4412 basé sur une architecture ARM Cortex A9, à l’image du Tegra 3 (Nvidia) et du K3VA (Huawei). Un tel recours permettrait notamment d’intégrer en un seul composant CPU, GPU et modem 4G/LTE.

Des incertitudes à foison

S’il n’est pas plus question des supposés 32 Go de mémoire interne que du franchissement escompté du seuil des 2 Go de RAM, l’implémentation d’un capteur photographique à 12 mégapixels semble faire sens, au même titre qu’une batterie à 2250 mAh. Mais la principale inconnue réside en cet appel du pied savamment dosé : sur le cliché objet de toutes les attentions, le téléphone est géolocalisé à Londres, un certain 22 mai 2012. Date de sortie toute trouvée ou fausse piste parmi tant d’autres ?

Pour l’heure, le seul Galaxy S2 fait de la résistance pour s’affiche dans des rayons qu’il a investis voici quelque dix mois. Fort d’un processeur Qualcomm Snapdragon double cœur à 1,2 GHz (pour la version LTE ; les modèles européens utilisent un CPU Samsung et une puce 3G séparée) et de 1 Go de RAM, le fer de lance de Samsung suit toujours une dynamique au beau fixe. Écoulé à plus de 20 millions d’exemplaires au dernier pointage de février, il ne s’essouffle pas. Au troisième trimestre 2011, Apple, victime collatérale de la crise économique, en a passagèrement payé un éphémère tribut sur le marché des smartphones, laissant pour trois mois les commandes à Samsung.

Samsung Galaxy S3 rumeur

Crédit photo : © SamMobile.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur