Smartphones : LG joue la diversité Android avec les L Style

MobilitéOS mobilesPoste de travailSmartphones

LG joue la carte de la diversité pour reconquérir le marché français du smartphone avec trois terminaux de la nouvelle gamme L Style. Et des prix serrés.

En avril, mai et juin, LG lancera successivement les terminaux L3, L7 et L5 de sa nouvelle série L Style. L comme Ligne. « LG se démarque du marché au niveau du design fort », annonce Denis Morel, directeur de la division mobile communication de LG France. Formes épurées, matériaux prémiums, écrans larges (notamment 4 et 4,3 pouces pour les L5 et L7 « là où nos concurrents n’offrent que du 3,7 et 4 pouces ») en technologie Nova Display, finesse des boîtiers (11,7, 9,9 et 8,7 mm respectivement pour les L3, L5 et L7)… les nouveaux designs sont effectivement agréables et appréciables.

Côté configuration, les L Style s’en tiennent au tout venant du milieu de gamme avec des processeurs monocœurs à 800 MHz, des capteurs photos 3 (pour le L3) et 5 mégapixels (L5, L7, ce qui limite la vidéo au format VGA), HSDPA 7,2 Mb/s, Wifi n, Bluetooth 3.0, DNLA, microSD (jusqu’à 32 Go), etc. À noter, la présence du NFC (Near Field Communication) pour les modèles L5 et L7. Néanmoins, le NFC des terminaux vendus dans le commerce se limitera aux fonctions d’échange de données à courte portée et ne bénéficiera pas des fonctions de paiement que les opérateurs intégreront sur leur carte SIM. Et pas encore de LTE, évidemment.

Android 2.3 et 4.0

Côté OS mobiles, les L Style embarquent Android, en version 4.0 (Ice Cream Sandwich) pour les L5 et L7, 2.3 (Gingerbread) pour l’entrée de gamme L3. Sans possibilité, pour ce dernier, d’effectuer la mise à niveau. Ce qui ne présentera pas un handicap, selon les responsables de LG, par rapport au public visé, qui ne serait pas toujours au fait des dernières technologies du secteur.

Soit des smartphones destinés au plus grand nombre, des utilisateurs dont les usages se déplacent de plus en plus de la simple téléphonie vers les applications web et les réseaux sociaux en mobilité. Une stratégie qui vise à imposer LG sur le marché français du smartphone. « Jusqu’à présent, seul l’Optimus Black occupait le marché français, indique Denis Morel, il y avait nécessité de nous diversifier. Un seul produit n’est pas suffisant pour avoir un impact sur le marché. »

Viser le plus grand nombre

Après une année 2011 de flottement, LG pense donc revenir dans la course en faisant descendre sa gamme vers le plus grand nombre. Le L3, notamment, invite les utilisateurs des features phones à basculer dans le monde des smartphones. À 129 euros TTC hors abonnement, il est relativement accessible. Le terminal sera également disponible chez Orange et SFR.

LG entend cependant faire du L7 sa star. Proposé au prix raisonnable (pour ce type d’appareil) de 319 euros TTC, il est d’ores et déjà référencé chez Orange, SFR et Bouygues Telecom. Enfin, le positionnement d’entre les deux du L5 est probablement moins évident à justifier au-delà du prix (229 euros TTC). D’ailleurs, « la décision est en cours chez les opérateurs », reconnaît Sébartien Girard, responsable marketing.

L’Optimus 4x HD en juin

Ce dernier ajoute que les terminaux sont également « bien référencés en distribution ». L’arrivée des offres low cost des opérateurs mobiles historiques, accélérée par l’arrivée de Free Mobile en janvier dernier, devrait effectivement dynamiser le marché de la vente des smartphones hors subvention de l’opérateur. LG se garde de tous pronostics sur la tendance, mais « on se doit d’adresser ce marché ».

La clientèle en mal de haut de gamme devra patienter. Jusqu’à juin au moins, période où le constructeur coréen devrait lancer le quadricœur Optimus 4x HD. Pour l’heure, la filiale française n’a pas de visibilité sur l’Optimus Vu, terminal à mi-chemin entre le smartphone et la tablette. Le succès inattendu du Galaxy Notes fera peut-être changer d’avis. Quant à l’Optimus 3D Max, il a peu de chance de voir le jour dans nos frontières. LG a retenu la leçon de l’échec local de son prédécesseur.

(Article modifié le 3 avril. Nous avions attribué à Didier Bollé, directeur de la division Home Appliance, des propos tenus par Denis Morel.)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur