Pour gérer vos consentements :

SMRgate : Western Digital réorganise sa gamme WD Red

Western Digital a fini par clarifier sa gamme WD Red. Elle ne se compose plus de deux, mais de trois familles de disques durs.

Officiellement, la réorganisation fait écho à « la diversité croissante des usages du NAS », que ciblent ces produits. Dans la pratique, le fabricant américain réagit à l’affaire dite « SMRgate » et au premier rang de laquelle il se trouve.

Les modèles en rouge ne sont pas encore commercialisés.

Il était en proie aux suspicions depuis près d’un an lorsqu’il a reconnu, en avril, avoir vendu des disques durs magnétiques sans préciser y avoir intégré le SMR.

Cette technologie d’enregistrement « bardeau » (shingled magnetic recording) permet d’augmenter la densité surfacique des disques durs. Elle superpose pour cela les pistes de données.
Un tel fonctionnement ne convient pas à tous les usages. En particulier ceux qui impliquent beaucoup d’opérations d’écriture aléatoire. Parmi eux, il y a les NAS. Or, Western Digital y destine ouvertement les WD Red depuis le lancement des premiers modèles en 2012.

Une lignée « spéciale SMR »

L’implémentation du SMR sur cette gamme aurait commencé en 2018, sans mention dans les documentations techniques et commerciales. Elle s’est faite en mode disk-managed. Autrement dit, une gestion au niveau du disque.
Cette solution présente l’avantage d’être plug & play, mais elle n’offre pas les possibilités d’une gestion au niveau de l’hôte (host-managed / host-aware). En tout cas pas de quoi éviter les goulets d’étranglement sur certaines configurations de NAS. En particulier celles qui reposent sur du RAID.

Bien que la question du RAID soit au cœur des plaintes des utilisateurs, Western Digital n’en dit mot dans la présentation de sa gamme réorchestrée. Fidèle à sa terminologie, le fabricant différencie les usages « légers » des usages « intensifs ».

Pour les premiers, il y a la lignée WD Red, qui comprend quatre modèles de 2 à 6 To en 5 400 RPM. Toutes reposent sur la technologie SMR et correspondent à « la majorité des utilisateurs de NAS ».
À l’échelon supérieur, il y a désormais les WD Red Plus (1 à 14 To), également en 5 400 RPM, mais dotés de la technologie CMR (conventional magnetic recording). Ils s’adressent en particulier aux configurations ZFS*.
En haut de gamme restent les WD Pro (2 à 14 To), également CMR, mais en 7 200 RPM.

* Western Digital affirme travailler sur des disques SMR utilisables dans les configurations ZFS « légères ».

Illustration principale © M. Johannsen – stock.adobe.com

Recent Posts

Collaboratif : Jamespot étoffe son portefeuille avec Diapazone

L'éditeur logiciel français Jamespot ajoute la brique d'orchestration de réunions Diapazone à son offre collaborative…

2 jours ago

Gestion des secrets : pourquoi les équipes DevOps sont à la peine

Les pratiques DevOps de gestion des secrets d'une majorité d'organisations ne sont pas normalisées et…

2 jours ago

Visioconférence : qui sont les principaux fournisseurs ?

Qui sont les têtes d'affiche de la visioconférence et qu'attendre de leurs offres ? Éléments…

3 jours ago

Fargate : une nouvelle étape dans la transition Arm d’AWS

Le moteur serverless Fargate vient allonger la liste des services AWS exploitables avec les instances…

3 jours ago

Ransomware : l’essor de la cybercriminalité en tant que service

En France, le nombre d'attaques par rançongiciels (ransomwares) a augmenté de 255% en une année,…

3 jours ago

Sécurité du cloud : Google dresse un état des lieux

Le détournement de ressources cloud, par quels moyens et à quelles fins ? Un rapport…

3 jours ago