SMS: BouyguesTel attaque Orange et SFR

Régulations

L’opérateur réclame des tarifs de gros moins élevé. Il demande un arbitrage au régulateur

Les tarifs des SMS sont de nouveau sur la selette. Cette fois, ce ne sont pas les associations de consommateurs qui dénoncent des prix trop élevés mais un opérateur! Bouygues Telecom estime que les tarifs de gros des mini-message sont trop élevés et a déposé une demande d’arbitrage au régulateur (Arcep) contre Orange et SFR, révèle

les Echos. Explications. Ce ne sont donc pas les tarifs payés par les abonnés qui sont épinglés par BouygesTel mais les tarifs de gros pratiqués pour les échanges entre les opérateurs. Ainsi, comme l’explique le quotidien, si un abonné Bouygues envoie un SMS à un client Orange, il paie une dizaine de centimes à son opérateur (le prix de détail) qui lui même verse 7 centimes à Orange pour l’acheminement. Ce sont ces frais qui sont critiqués par BouyguesTel qui réclame une baisse importante. Le troisième opérateur français demande aussi que ce tarif de gros, le même pour les trois opérateurs, soit désormais différent selon l’opérateur. Son souhait: que le tarif de gros soit plus cher pour les SMS qui lui sont destinés que pour ceux destinés à Orange ou SFR. Pour se justifier, BouyguesTel explique qu’il compte moins de clients que ses concurrents et qu’il subit donc des coûts supérieurs qui doivent être reflétés dans le tarif de gros. La demande d’arbitrage déposée à l’Arcep va poser problème. Car les textes en vigueur ne fixent aucun principe pour ce tarif de gros. Quant à la régulation dss tarifs de gros par le régulateur, elle est impossible car ce tarif ne fait pas partie de la liste des marchés à réguler fixée par Bruxelles.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur