Pour gérer vos consentements :

Snickerdoodle : du FPGA pour l’électronique embarquée

La campagne de financement du projet Snickerdoodle a été un succès : ce produit devrait être livré en mars 2016. Snickerdoodle est une mini-révolution dans le monde des cartes mères low cost, car il propose un puissant FPGA, un composant reprogrammable qui permettra d’aborder une foule de nouveaux usages. Le tout pour un prix de seulement 55 dollars (+ 20 dollars de frais de port, soit environ 70 euros TTC).

Le FPGA adopté est un Xilinx Zynq-7010, qui propose la puissance d’un Raspberry Pi 2, le FPGA en plus. Un double cœur Cortex-A9 à 667 MHz est de la partie. Cela représente peu de puissance CPU, mais suffisamment pour faire fonctionner Ubuntu Core. Snickerdoodle est ainsi un des premiers systèmes à FPGA autonome et facilement programmable du marché.

Le FPGA propose 430.000 portes. La connectique se compose de 154 entrées sorties totalement configurables. 512 Mo de RAM, un lecteur de carte microSD, un module Wi-Fi 802.11n et du Bluetooth sont de la partie. Au besoin, une option à 10 dollars permet de grimper à 1 Go de RAM.

Une version plus solide de cette offre est proposée, le Snickerdoodle Black. Plus cher, 140 dollars, il se montre aussi nettement plus performant, avec un Xilinx Zynq-7020 comprenant deux cœurs ARM Cortex-A9 à 866 MHz, 1 Go de RAM, 1,3 million de portes et 179 entrées/sorties.

Extensions à foison, usages infinis

Les usages du Snickerdoodle sont multiples, avec un large focus sur le pilotage de produits électroniques, voire la robotique. Le FPGA permet toutefois d’autres utilisations, comme du ‘mining’ de cryptomonnaie. La puissance totale des Zynq-7010 et Zynq-7020 en configuration DSP est en effet estimée à respectivement 34,4 et 121,5 gigaflops.

Des extensions permettent d’aller beaucoup plus loin. Le piSmasher (59 dollars) offre Ethernet Gigabit, USB 2.0 et un couple d’entrée et sortie HDMI. Tout le nécessaire pour créer un système desktop ou aborder des usages vidéo intéressants (enregistrement, overlay, etc.). Le giggleBits propose 5 ports Ethernet Gigabit et un connecteur SFP. De quoi imaginer des solutions réseau d’un nouveau genre. Son prix, 99 dollars.

À lire aussi, notre dossier programmation Raspberry Pi :
Raspberry Pi et développement : Apprendre à programmer (épisode 1)
Raspberry Pi et développement : Java SE, first class citizen (épisode 2)
Raspberry Pi et développement : C/C++ à toutes les sauces (épisode 3)
Raspberry Pi et développement : du calcul au Big Data (épisode 4)
Raspberry Pi et développement : .NET, avec ou sans Windows (épisode 5)
Raspberry Pi et développement : un RAD nommé Xojo (épisode 6)

Recent Posts

Quand le candidat IT idéal n’est pas celui que vous croyez

L'usage de "deepfakes" et d'informations d'identification personnelle volées progresse chez les candidats et usurpateurs patentés…

1 jour ago

Roaming : le menu dans l’Union européenne jusqu’en 2032

La nouvelle régulation sur l'itinérance mobile dans l'UE est entrée en application. Quelles en sont…

1 jour ago

Vers une régulation européenne des cryptoactifs : quelles bases technologiques ?

Les colégislateurs de l'UE ont trouvé un accord provisoire sur trois propositions de règlements touchant…

1 jour ago

Google Cloud ouvre sa région France

Google Cloud dispose d'une région France lancée commercialement fin juin. Une étape indispensable pour lutter…

1 jour ago

Pourquoi FedEx bascule des grands systèmes au cloud

Le transporteur américain FedEx va fermer les 20% restants de ses mainframes dans les deux…

1 jour ago

Cloud de confiance : quelle feuille de route pour S3NS, la coentreprise Google-Thales ?

Sous l'ombrelle S3NS, Google et Thales esquissent une première offre en attendant celle qui visera…

2 jours ago