Sogeti retient les PureSystems d’IBM pour consolider 5 centres de services

CloudVirtualisation
Sogeti choisit les Puresystems d'IBM pour consolider 5 centres

Sogeti a négocié l’offre PureSystems d’IBM pour consolider 5 sites de services clients sur un seul datacenter

Début 2012, Sogeti, filiale de Capgemini, s’est posé la question de renouveler ses serveurs, arrivés en fin de leasing. Force était donc d’envisager de nouveaux investissements, locatifs ou non.  Dans le même temps, la SSII a étudié le regroupement de ses 5 centres de services clients, dont 4 en province, sur un seul site, dans un seul datacenter. L’existant était alors constitué de deux infrastructures très hétérogènes.

Deux environnements système prédominent : Linux et Windows (pas de systèmes Unix). La plateforme de virtualisation était alors essentiellement vSPhere de VMware, sur laquelle repose le cloud privé de Sogeti France, hébergé à l’extérieur.

Nicolas Saint-Remy, DSI de Sogeti
Nicolas Saint-Remy, DSI de Sogeti

En prenant un peu de marge pour l’évolution de l’activité, la puissance informatique devenue nécessaire, en systèmes x86, a été estimée à 800 machines virtuelles – dont 300 VM pour les besoins internes à Sogeti. Le reste doit supporter les activités de tests et de développement pour les clients de la SSII qui sont en forte progression. La capacité de stockage requise était de 50 téraoctets.

«La haute disponibilité, avec 99,99 % par an, était également un critère très important, mais également la flexibilité, et des performances élevées», nous a expliqué Nicolas Saint-Remy, DSI de Sogeti.

Deux fournisseurs en short-list

Au début du printemps 2012, un appel d’offres a été lancé auprès des principaux constructeurs (non compris Cisco) – autour d’un marché de plusieurs centaines de k-euros. Deux géants de l’informatique, dont IBM, sont arrivés en ‘short list‘.

«Nous voulions une plateforme complètement intégrée et redondée, ainsi qu’une capacité d’évolution très large», nous a commenté Nicolas Saint-Remy. «Pour la sélection finale, ce sont les performances qui ont été le critère important. »

La sélection s’est jouée sur des démos et lors d’ateliers techniques autour des solutions proposées. La facilité d’intégration des équipements a notamment été vérifiée. Car deux responsables d’exploitation seulement se partagent la responsabilité du bon fonctionnement de l’ensemble : l’un est spécialiste des VM et de la virtualisation, et l’autre s’occupe des systèmes serveurs et du datacenter en général.

Sur la base de ces critères, c’est la nouvelle offre PureFlex d’IBM qui a donc été choisie, alors même qu’elle n’existait pas encore au moment de préparer le dossier d’appel d’offres (IBM l’a présenté le 11 avril 2012).

Ce choix s’inscrit dans un partenariat entre les deux acteurs. «L’écart de prix entre les offres des deux constructeurs finalistes était minime», affirme Nicolas Saint-Remy, «car nous étions également animés par une volonté de réduire nos coûts IT».

L’équipe informatique a contribué à la mise en route de la plateforme, qui a pu être concentrée sur un site unique, chez un hébergeur en région parisienne (Interxion).

Deux IBM Pureflex en complète redondance

Sogeti dispose désormais d’une baie IBM Pureflex qui concentre deux équipements PureFlex (d’un format de 10 U). Ils sont dotés, chacun, de 7 serveurs lames X86, intégrant des processeurs Intel Xeon E52680, à 5 ou 8 cœurs. Le stockage des données est assuré par un système Storwise V7000 d’IBM pouvant supporter 50 téraoctets, avec redondance.

La configuration des IBM Pureflex pour  Sogeti
La configuration des IBM Pureflex pour Sogeti

Le module PureApplication System «a permis de réduire les coûts et de simplifier la gestion des applications». Et PureData System, conçu pour le ‘cloud computing’ «peut regrouper plus de 100 bases de données sur un seul système».

La nouvelle installation fonctionne depuis fin septembre. Côté virtualisation, l’inclusion d’HyperV a permis à Sogeti de réduire les coûts de licence VMWare, tout en ayant la possibilité d’exécuter les deux environnements de virtualisation sur le système d’IBM.

«Nous montons progressivement en puissance, en migrant les sites un par un, en fonction des échéances du leasing des anciens serveurs. La résilience a été testée mise à l’épreuve , avec succès», affirme Nicolas Saint-Remy.

Quelles leçons faut-il en tirer? Quels écueils éviter?

«Il faut être vigilant sur les besoins en connectique, sans oublier l’alimentation électrique, robuste,  pour les ‘switches’ réseau, entre autres» – à savoir l’offre IBM Network Switch  (l’ensemble intégrant deux switch directors d’origine Brocade).

Fort de ces bons points, Sogeti a prévu de vendre des services basés sur l’offre PureFlex à ses propres clients. La SSII a décidé d’installer dans ses propres locaux, cette fois, et toujours en partenariat avec IBM, un centre de démo destiné notamment à des projets de ‘cloud computing’, et reposant, là aussi, sur des baies PureSystems d’IBM.

_______________

Galerie :

Découvrez les datacenters de Google, en images

Image 1 of 10

Découvrez les datacenters de Google, en images
Comté de Mayes, Oklahoma : Les lumières vives et la clarté de la lune illuminent le centre de données Google du comté de Mayes. Ces unités modulaires assurent le refroidissement d'une partie du centre. Crédit photo © Google / Connie Zhou


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur