Solutions SSD: 51% des responsables IT se déclarent déjà adeptes

RéseauxStockage

Les solutions Solid state drives ou ‘disques mémoire flash’ entrent dans les moeurs, selon une étude de la SNIA. 51% des managers IT disent être déjà adeptes

Une étude initiée et co-financée par l’organisation professionnelle des spécialistes du stockage de données – SNIA (Storage Networking Industry Association) avec quelques partenaires (dont SSG-Now et d’autres) révèle que 70% des responsables informatiques ont prévu de déployer des solutions SSD.
Pour rappel, la technologie SSD ou ‘Solid state drive‘ permet de stocker les données IT sur des mémoires ‘flash’, ce qui dispense d’utiliser des disques durs électro-mécaniques – y compris sur des périodes de longue durée.
Les mémoires ‘flash’ se sont certes banalisées sur les appareils audio-photo-vidéo, avec des capacités toujours plus impressionnantes en dizaines de giga-octets; mais pour obtenir des performances suffisamment professionnelles, il est nécessaire de fabriquer des séries de ‘chips’ de haute qualité, donc nettement plus coûteux (cf. les récents articles: ”Quel avenir pour les disques durs hybrides?‘   et  ‘Hitachi GST lance des unités SSD MLC très endurantes, avec Intel‘).
Une petite liste d’industriels spécialisés dans les mémoires -dont Intel-Micron, Samsung Toshisha…- ont mis au point des composants SSD multi-cellulaires ou mono-cellulaires, ces derniers étant les plus coûteux. Mais, en contrepartie, ces mêmes constructeurs commencent à s’engager sur des périodes de garantie de 5 ans, et les vitesses de lecture/ écriture ont fait un bond, puisqu’Intel, entre autres constructeurs, est en train de banaliser le débit de 6 Gbps.
L’enquête menée par la SNIA auprès de managers IT montre que 70% d’entre eux ont déjà planifié de déployer de telles solutions ainsi que des modules de mémoire à accès très rapide (high speed memory).
. 25% des interrogés déclarent avoir déjà déployé de telles alternatives technologiques;
. 31% sont en train de l’installer;
. 32% déclarent avoir lancé une évaluation de ce type de solution.

Les raisons de cette engouement sont multiples:
. pour 46% d’entre eux, la principale raison c’est de pouvoir accélérer les accès aux données transactionnelles et structurées ;
. pour 40% des interrogés, c’est l’utilisation d’un mode de stockage ‘tier 0‘ pour les données ‘primaires’
. pour 37%, c’est la possibilité de réaliser du stockage en mode ‘burst’ (par vagues de gros volume)

Par ailleurs, 51% des responsables IT interrogés ici se déclarent “familiers” ou “très familiers” des préconisations de l’association SNIA en faveur de la standardisation et de la normalisation de ces techniques de mémoires sans disque.

Etude SNIA SSD aout 2011
Etude SNIA SSD aout 2011

Cette enquête sur l’adoption des solutions SSD et des mémoires ‘High-speed’ apporte un nouvel éclairage sur la façon dont les organisations abordent ces technologies‘, constate Deni Connor, analyste chez SSG-Now. “On retient surtout que 51% des répondants vont déployer de telles solutions dans l’année qui vient. Et 38% ont déjà implémenté des adaptateurs “Pie-based’ sur systèmes serveurs“.

L’association SNIA a mis au point un protocole ou “suite” de test -SSD Performance test- pour les entreprises ou des cas clients ou des fournisseurs, ce qui permet de “comparer directement les possibilités techniques des solutions existant sur le marché“, commente Wayne M. Adams, président de l’association SNIA.

L’étude compare pas moins de 55 fournisseurs -constructeurs, éditeurs de logiciels, organisations, dont ceux offrant les solutions ‘tier 0’ ou d’autres initiatives.
Elle est disponible à deux tarifs : 2.500 et 7.500 euros.
______
(*) Kaminario, Pliant Technology [repris par SanDisk], OCZ, SSG [Storage Strategies Now], STEC, Virident et WhipTail Technologies.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur