Sortie de la première bêta d'Opera 9.6

Logiciels

Loin de la guerre qui sévit entre Internet Explorer, Mozilla Firefox et Google Chrome, Opera continue son petit bonhomme de chemin

La version bêta 1 du navigateur web Opera 9.6 est disponible pour Windows, Mac OS X, Linux et FreeBSD. Elle propose quelques nouveautés intéressantes. L’historique et les moteurs de recherche personnalisés rejoignent ainsi le service Opera Link. De même, il est possible de visualiser un flux RSS/Atom avant l’inscription.

Le plus gros des nouveautés concerne toutefois le client de messagerie électronique. Il offre un mode « basse bande passante » qui n’encombrera pas votre connexion réseau. Il consiste à ne récupérer que les cent premières lignes d’un message (pour un compte Pop) et à ne pas synchroniser les attachements (pour un compte Imap). La gestion des fils de discussion est également nettement plus puissante. Une bonne nouvelle pour ceux qui doivent jongler avec de nombreux messages et de multiples listes de diffusion.

Le moteur de rendu reste globalement inchangé, quoique légèrement plus rapide. Opera 9.6 gagne trois petits points au test acid3 (à 85%). L’interpréteur JavaScript ne connaît pas non plus de profondes modifications (4103,8 ms au test SunSpider et 265 points pour la suite Google, ce qui demeure un peu lent).

Par contre, la consommation mémoire grimpe de façon substantielle. Sur notre panel de cinq sites de test, Opera passe de 84 Mo à 93 Mo de mémoire consommée, soit une hausse de 11%. Toutefois, lorsque nous fermons les onglets (à l’exception de la page de garde de Google), cette dernière tombe à 47 Mo, contre 50 Mo précédemment (soit un gain de 6%). Ne jetons toutefois pas trop vite la pierre à Opera, qui est peut-être compilé ici avec les informations de déboguage.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur