Sotchi, les olympiades du piratage ?

RégulationsSécurité

Les pirates informatiques se sont visiblement tous donnés rendez-vous aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. Kaspersky Lab, responsable de la sécurité des connexions, risque d’être débordé.

Les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi (en Russie) promettent d’être ceux de tous les extrêmes : constructions massives opérées dans un temps record (et tant pis pour l’aspect environnemental), cordon de sécurité sans précédent (près de 60.000 hommes mobilisés) et présence en guest star des services de renseignement et des pirates informatiques.

Richard Engel, de NBC, en a fait les frais. Lors d’un test mené avec un spécialiste de la sécurité, le journaliste s’est fait pirater ses téléphones et ordinateurs. Il suffit pour ceci de se relier localement au net… et d’attendre quelques minutes.

Kaspersky Lab est chargé d’assurer la sécurité des connexions pendant les JO de Sotchi. Toutefois, la tâche sera d’autant plus difficile que les pirates se sont visiblement tous donnés rendez-vous sur place. Or, les pirates russes sont parmi les plus talentueux au monde.

Les services de renseignement à l’écoute ?

Rien ne dit d’ailleurs que les services de renseignement (russes ou étrangers) ne profiteront pas de la cohue pour s’infiltrer eux aussi sur les terminaux informatiques des personnes présentes sur place.

Le contraire serait d’ailleurs étonnant, cette pratique étant – malheureusement – très courante dans le cas de grands rassemblements, où des réseaux sans fil non sécurisés sont massivement utilisés… et écoutés.

Reste un point ‘positif’ pour les participants : ils pourront probablement se connecter aux multiples serveurs FTP pirates présents en Russie (lesquels ne sont pas accessibles hors des frontières du pays). Y aura-t-il des médailles décernées aux meilleurs téléchargeurs ?


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Que savez-vous des technologies de l’information russes ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur