Spam : la prison pour un ex-employé d’AOL

Sécurité

Un tribunal de New York a condamné un ex-employé d’America Online à 15 mois de prison pour avoir revendu un gigantesque fichier de Time Warner à un spammeur

On l’oublie généralement, mais la menace sur les fichiers de l’entreprise provient souvent de l’intérieur. Time Warner en a fait les frais avec le vol d’un fichier de 92 millions d’adresses de messageries.

A l’origine de cette affaire, Jason Smathers, 25 ans, un ex-employé d’America Online (AOL), filiale Internet du géant américain des médias Time Warner. Le peu recommandable individu aurait revendu le fichier à un spammeur notoire, contre 28.000 dollars. Arrêté et présenté devant la Justice à un tribunal fédéral de Manhattan (New York), où il a plaidé coupable, Jason Smathers a été condamné à 15 mois de prison pour “participation à une entreprise délictueuse” et “trafic entre Etats de propriété volée“. Les juges américains peuvent désormais s’appuyer sur une législation récente pour poursuivre et condamner les personnes convaincues de spam ou ayant participé à ces pratiques mafieuses. Et les géants américains de l’Internet n’ont pas manqué de rebondir sur cette opportunité de lutter contre les auteurs de spams. Les procédures se multiplient, et les procès commencent à tomber (lire nos articles). Il manque, pour lutter efficacement contre le spam, une réelle coordination internationale et la participation active des gouvernements des pays où les spammeurs se réfugient pour déployer leurs technologies et continuer à exercer leurs méfaits en toute impunité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur