Spam: les chiffres du premier semestre

Sécurité

Le ‘scam’ boursier est à la hausse, mais les produits pharmaceutiques et les offres de crédits continuent de monopoliser l’attention des internautes. Du coup, le spam pornographique se ferait presque oublier? presque !

Sophos, éditeur de solutions professionnelles de protection contre les attaques virales et le spam, a publié son classement semestriel des principales catégories de spam, ces courriers non sollicités qui envahissent les messageries.

Les produits pharmaceutiques, comme les offres sur le Viagra et certains dérivés, tiennent toujours la corde. La preuve que l’internaute achète et que les mafieux y trouvent leur compte. Le prêts immobiliers suivent, puis la pornographie, les arnaques boursières, qui progressent rapidement, et les ventes de produits divers. On pourrait cependant croire que le volume du spam diminue. Il n’en est rien ! En revanche, les campagnes se font plus courtes, ce qui a donné cette impression. Plus inquiétant, les spams sont presque toujours émis à travers des ordinateurs piratés, des ?zombies‘. Et leurs auteurs utilisent des techniques de dissimulation sémantique pour leurrer les filtres anti-spam, transformant par exemple le mot ?stock‘ (action) en ?st0ck‘ (avec le chiffre zéro) ou ?stox‘. “L’ingénierie sociale appliquée aux courriels, grâce à laquelle les artistes de l’arnaque parviennent à manipuler des internautes non prévenus, est en plein développement et représente une tendance inquiétante“, déclare Brian Burke, directeur de la Recherche chez IDC. “Les arnaques boursières, associées aux techniques classiques de phishing, peuvent provoquer des pertes significatives pour les victimes de ces escroqueries“. Classement des catégories de spam

1. 41,4% produits pharmaceutiques 2. 11,1% Prêts immobiliers 3. 9,5% Pornographie 4. 8,5% Arnaques boursières 5. 8,3% Vente de produits divers Autres : 21,2 % Source : Sophos ? Période : janvier à juin 2005 “Les types usuels de spam (médicaments et prêts bancaires) dominent toujours le classement, mais la présence de plus en plus importante d’arnaques boursières est une menace préoccupante“, commente Annie Gay, directeur général de Sophos France et Europe du Sud. “Le but des spammeurs est de faire circuler rapidement par courriel de fausses informations sur les actions d’une entreprise, souvent en les mêlant à des nouvelles authentiques prises dans la presse officielle pour mieux leurrer les investisseurs“. “S’attaquant en général à de petites sociétés, ces charlatans cessent leur campagne dès qu’ils ont pris leur bénéfice, ce qui fait chuter le cours de l’action et disparaître l’investissement de leurs victimes“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur