Spam : les politiques américains reconnaissent l’inefficacité de leur loi

Régulations

Cinq mois après son entrée en vigueur, les politiciens américains admettent que la loi CanSpam n’a eu aucun effet, et le Congrès envisage de la revoir de font en comble, si la FTC le veut bien?

Au pays des cowboys, les choses ne sont pas toujours simples?

Certes, les politiciens reconnaissent que la loi CanSpam n’a eu aucun effet sur le spam. Bien au contraire, puisqu’en rendant universel l’approche de l’opt-out (c’est à l’internaute de se désabonner volontairement après avoir reçu un email commercial), la loi a laissé la porte ouverte à tous les abus préliminaires. L’affaire est grave car le phénomène s’amplifie, au point que le Congrès envisage de passer la loi au microscope afin de la revoir de font en comble. Car en imposant une loi fédérale, le gouvernement américain a écarté plusieurs lois d’Etats qui étaient beaucoup plus répressives. Mais l’administration Bush ne l’entend pas de cette oreille, et a demandé à la Federal Trade Commission de rendre un rapport en vue de valider la règle de l’opt-out. Du coup, les spammeurs risquent de profiter d’un sursis inattendu, le patron de la FTC a indiqué qu’il souhaitait voir aboutir une procédure du FBI avant d’envisager de modifier son approche ! Or, comme le FBI s’est jusqu’à présent contenté d’attraper du menu fretin, et même des gamins, les vrais spammeurs, ceux qui font du spam une industrie mafieuse, ont eu le temps de migrer sous des cieux plus cléments, comme la Chine, et de continuer à exercer leur business à l’abri des procédures d’une administration qui traîne à les poursuivre sérieusement. Sachant que les Etats-Unis et la Chine sont les premiers fournisseurs de spam, nos messageries seront loin de retrouver leur sérénité !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur