Spam : l’Europe occupe une place de choix

Sécurité

Sophos publie son classement trimestriel des principaux pays émetteurs de
spam

L’Europe entre en force dans le classement des 12 premiers pays émetteurs de spam établi par Sophos, l’éditeur britannique de solutions professionnelles de sécurité et de contrôle des réseaux.

Les experts des SophosLabs ont analysé tous les messages de spam reçus par leur réseau mondial de ‘spam traps’ (pièges à spam) et constatent en effet que le nombre de micro-ordinateurs impliqués dans la diffusion des spam (les PC Zombies) continue de croître régulièrement en Europe.

Le volume mondial du spam a augmenté de 9% au cours du deuxième trimestre 2007 par rapport à la même période de l’année 2006. Les Etats-Unis conservent largement la tête, une campagne de spam sur cinq est relayée un poste serveur hébergé dans ce pays.

La Chine et la Corée du Sud suivent, et forment avec les USA le tiercé de tête. Quant à l’Europe, 6 pays figurent au Top12 de Sophos. En revanche, la part hors classement des relais de spam progresse à 35 % (30 % au premier trimestre). On peut donc en déduire que le nombre de pays impliqué ne cesse d’augmenter.

Si l’ont reporte l’étude de Sophos au niveau des continents, on constate que l’Asie est le continent qui a relayé le plus de spam au cours du deuxième trimestre 2007. Alors que l’Europe, qui avait dominé le classement au premier trimestre 2007, a réduit son taux de spam de 6,6 % et est redescendu à la deuxième place, l’Asie, l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud et l’Afrique ont tous enregistré une croissance de leur activité de relais de spam.

Les experts de Sophos prévoient une augmentation de ces chiffres au cours des prochains mois dans la mesure où les spammeurs commencent à tirer partie du nombre croissant d’ordinateurs non protégés dans des régions comme l’Amérique du Sud et l’Afrique.

Michel Lanaspèze, directeur marketing et communication de Sophos France, commente l’étude :« Alors que les Etats-Unis restent en tête de ce classement, il y a un besoin pressant d’une action globale pour combattre ce problème. Pour chaque campagne de spam, les spammeurs, les ordinateurs impliqués et les utilisateurs qui reçoivent un déluge de messages non-sollicités se trouvent généralement dispersés dans de multiples régions du monde. »« Un effort conjoint est donc indispensable non seulement pour retrouver et condamner les spammeurs, mais aussi pour convaincre les utilisateurs de la nécessité de bloquer ces messages de spam plutôt que d’y répondre. Chacun a son rôle à jouer si nous voulons gagner la bataille contre le spam. »« Une fois qu’une machine est infectée, elle est fréquemment utilisée pour envoyer du spam concernant différents sujets. Il suffit de quelques secondes pour que les ordinateurs infectés commencent à expédier des messages appartenant à une douzaine de thèmes différents, depuis les escroqueries courantes et les prêts à faible taux, jusqu’aux propositions ‘coquines’ et aux médicaments diététiques. »« Les fournisseurs d’accès Internet doivent sérieusement vérifier si leurs utilisateurs peuvent, involontairement, transmettre des messages de spam ; ils doivent aussi les informer sur la manière de protéger leurs ordinateurs personnels. »

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur