SPB propose de vous assurer contre les… ‘bugs’!

Cloud

En marque blanche, le courtier d’assurance SPB compte faire son beurre dans le secteur de l’informatique, de la mobilité et de l’e-commerce

Le cauchemar du ‘bug’ paralysant l’ordinateur familial peut-il disparaître ou s’estomper? SPB va lancer dans les semaines à venir une assurance qui doit couvrir l’assistance aux naufragés de l’informatique. C’est la dernière trouvaille de cette start-up à l’ancienne, qui conçoit et gère des prestations d’assurance, principalement en France. Après avoir démarré en 1965 avec une assurance décès accidentel liée à un compte courant, la société investit à présent le secteur de la mobilité et de la monétique.

Aujourd’hui, ses services sont inclus dans 30 millions de cartes de crédit environ. « Les banquiers ont besoin de services qui différencient leur offre de celle des concurrents, pour créer une valeur ajoutée. C’est ce qui permet de faire de la marge » explique Christian de la Bastide, directeur du département monétique et mobilité chez SPB. « Alors, nous concevons des produits qui correspondent à la segmentation de leur offre, en fonction de la clientèle ». Comme, par exemple, la garantie achat en ligne, qui couvre les achats sur le Web de produits défectueux, non conformes ou jamais livrés. Cette prestation a été inclue dans la carte BNP Net, consacrée au commerce en ligne, et dans l’E-carte bleue. Outre les banques, la société a pour client des distributeurs, comme la Fnac, ou des opérateurs de téléphonie mobile. Et en 2005, environ 1,5 million de téléphones portables bénéficient d’une assurance proposée par la société, soit 200.000 de plus que l’an dernier. Le nombre de PDA assurés, lui, reste confidentiel. Positionnée sur des marchés en expansion, et toujours en marque blanche, la société prévoit un chiffre d’affaires de 44 millions d’euros pour 2005, contre 41 en 2004.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur