Les start-ups façonnent l’Internet des objets, mais peu survivront

Réseaux

50% des solutions de l’Internet des objets développées d’ici 2017 auront été créées par des jeunes pousses de moins de trois ans, d’après le cabinet Gartner.

Les start-ups constituent un puissant moteur de croissance pour l’Internet des objets (IoT), l’une des 10 grandes tendances technologiques d’avenir. D’ici 2017, la société d’études Gartner prévoit que la moitié des solutions dédiées aura été conçue par des jeunes pousses de moins de trois ans.

Il est vrai que « de grands distributeurs de biens de consommation, des entreprises actives dans le secteur public, des équipementiers et d’autres grands groupes développent une offre dans le domaine du tout connecté », a déclaré Pete Basiliere, vice-président en charge de la recherche chez Gartner, lors du Symposium/ITxpo d’Orlando. « Mais ce sont les créateurs et les start-ups qui façonnent le secteur ».

L’Internet des objets, un travail d’artisan ?

« Des individus et des petites entreprises à travers le monde développent des solutions IoT adaptées au monde réel, le plus souvent des applications de niche. Ils tirent avantage du faible coût de l’électronique, de la fabrication traditionnelle et des outils d’impression 3D, du matériel (Arduino…) et de logiciels Open Source et propriétaires, pour créer des dispositifs qui améliorent la vie au quotidien » a expliqué l’analyste.

Les processus de développement produit dans la plupart des grandes entreprises sont très lourds et orientés sur le retour sur investissement. Cela se traduit, selon Gartner, par un faible nombre de références capables de générer d’importants revenus. Alors que les efforts d’inventeurs, start-ups et contributeurs d’une production ouverte (crowdsourcing) se traduisent par un nombre élevé d’applications IoT de niche, mais des revenus faibles

Les usages plutôt que les économies

Les projets de gestion et contrôle d’appareils domestiques de créateurs et jeunes pousses technologiques sont le plus souvent axés sur le confort d’utilisation (par exemple, augmenter le chauffage avant d’arriver à la maison) plutôt que sur les économies de coûts sur lesquelles se concentrent les administrations et les grandes entreprises actives dans le secteur.

Selon l’analyse de Gartner (Maverick Research), la croissance forte qui caractérise la première phase de l’Internet des objets pourra donner lieu à de nouveaux financements de start-ups et projets. Certains échoueront, alors que d’autres pourront être soutenus ou absorbés par de grands fournisseurs. Le marché dans son ensemble va s’étendre et davantage de clients vont tirer profit du tout connecté (de 25 milliards à 50 milliards d’objets connectés en 2020, selon Cisco).

Mais Pete Basiliere avertit : « la plupart des petites entreprises [du secteur] échoueront dans les cinq ans, et nombre de celles qui ‘réussissent’ seront des entreprises centrées sur le mode de vie (lifestyle) générant à peine assez de revenus pour soutenir une personne ou une famille ».

Lire aussi
Gartner livre son top 10 des tendances techno pour 2015
Objets connectés : Cisco et Acer rejoignent l’Open Internet Consortium


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur