Steria : une croissance organique de 7,2% au premier semestre 2014

RégulationsSSII

A la veille de son processus de fusion avec Sopra, le Groupe Steria avance des résultats solides au premier semestre, essentiellement portés par la hausse d’activité au Royaume-Uni.

Le Groupe Steria vient de rendre publiques les résultats de son premier semestre 2014, indépendamment des grandes manœuvres de sa fusion en cours avec Sopra. Organiquement, selon les comptes clos au 30 juin, le groupe a bénéficié d’une croissance de 7,7% par rapport à la même période 2013 avec un chiffre d’affaires de 940,8 millions d’euros. 7,2% si l’on applique les variations de taux de change qui élève le résultat de 2013 à 877,7 millions d’euros.

C’est effectivement le Royaume-Uni qui constitue la locomotive du groupe. Steria y réalise 424,7 millions d’euros de chiffre d’affaires permettant de dégager une hausse de 19,6%. Laquelle vient compenser les ralentissements français (-3,7% pour 268,4 millions) et Allemand (-8,4% pour 108,9 millions). Le reste de l’Europe se porte mieux (grâce à la Scandinavie notamment) à 138,9 millions (+11,1%).

Baisse du résultat net

Sur les six premiers mois de l’année, cette performance se traduit par une marge opérationnelle de 53,8 millions d’euros en hausse de 17,6%. Ce qui se traduit par un résultat net courant (après impact fiscal, des autres produits et charges opérationnels et des amortissements d’actifs intangibles) de 14,4 millions contre 20,6 millions en 2013. Le groupe augmente ses capitaux propres à 440,4 millions (377 millions précédemment) et réduit sa dette à 260,2 millions (280,7 en 2013).

Les affaires ont été portées par les activités à cycle long ou récurrentes qui ont progressé de 16,1% pour atteindre 67% du chiffre d’affaires (62% au 30 juin 2013) : maintenance applicative (+3,4%), gestion d’infrastructures informatiques (+3,0%), Business Process Services (+51%). Les activités de conseil et d’intégration de systèmes ont en revanche affiché un recul de 6,5%.

Progression au deuxième trimestre

Sur le seul deuxième trimestre, la situation est plus contrastée. La baisse d’activité en Allemagne semble s’accélérer avec un ralentissement du chiffre d’affaires de 12,1% à 53 millions d’euros générés. Tout comme le reste de l’Europe dont la progression sur le trimestre tombe à 4,4% pour moins de 70 millions. En revanche, la France regagne des couleurs. Sa baisse ralentit à -1,7% pour 132,4 millions générés. Le Royaume-Uni poursuit sur sa lancée : +24% à 221,7 millions. Au final, le groupe progresse au deuxième trimestre avec 477 millions d’euros (+8,2%).

Alors que l’offre publique d’échange des titres est fixée au 30 juillet dans le cadre de la fusion avec Sopra, la perspective du second semestre s’annonce bonne. « Sur la base de la performance du premier semestre et compte tenu des perspectives du second semestre, les objectifs 2014 du Groupe sont une croissance organique du chiffre d’affaires comprise entre +6% et +8% et une augmentation de la marge opérationnelle en valeur absolue de l’ordre de 10% », indique Steria dans son communiqué.


Lire également
Le projet de fusion Sopra–Steria alarme les salariés
SSII : après le rachat de Steria, Sopra prend pied dans CS
Sopra – Steria : quand Pierre Pasquier se découvre un nouveau successeur, François Enaud


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur