Steve Ballmer, à Paris, argumente en faveur du Web 2.0

Régulations

Ce 27 avril, le p-dg de Microsoft était invité à Paris à l’occasion d’une journée “Mix ’06” consacrée au Web de 2è génération. Il a su communiquer son enthousiasme, plus convaincant que certaines démos…

Web 2.0? On y trouve pêle-mêle les blogs, les podcasts, les applications Ajax (*), les sites Internet du type Wiki, paramétrables par l’internaute, les services Live… et le “social communautary” Pour Steve Ballmer, le slogan n’est plus “digital life style”, mais “digital life, “my” style”. ”

A partir du moment où tous les contenus sont numérisés ou numérisables, nous voulons tous un contenu personnalisable“. Très boute-en-train, très tonique, s’accaparant toute la scène du somptueux théâtre de Marigny sur les Champs-Elysées, Steve B. a pris un réel plaisir à faire son ‘one-man show’ sans notes ni transparents… “Le We 2.0? Cela se traduit par 4 “phénomènes ou paramètres clés”, a-t-il martelé: – un nouveau langage ‘html’ riche et intelligent: car il faut pouvoir se connecter immédiatement à l’information -et non pas à du code html !… C’est la voie toute tracée, très dynamique, des fils d’infos RSS ou de SLE – une nouvelle interface utilisateur multimedia, encore plus riche: tous les utilisateurs peuvent publier, traiter l’information ou des données combinant tout ce que l’on veut -images, gadgets, séquences vidéo… Dans Vista, le futur Windows, c’est ce qu’apporte WPF (**) – une dimension communautaire ou communautariste: nous fonctionnons avec nos préférences, nos cercles d’amis; c’est le succès des “réseaux communautaires” ou “réseaux sociaux”. Je vais pouvoir échanger, accéder à des contenus échangés entre amis, entre amis d’amis. Ces fonctionnalités vont se combiner avec les images, la TV. Sur le Web 2.0, le choix de programmes TV ou vidéo sera sans commune mesure avec ce qu’essaient de nous offrir les bouquets satellites ou les chaînes hertziennes. Je vais pouvoir revisionner le match de telle rencontre, dans un championnat local! – un nouveau modèle économique: après la gratuité du Web 1.0, on va venir à des formules d’abonnement, à du payant, à de l’interactivité, à du transactionnel, à des programmes présélectionnés, avec des publicités ciblées, etc. Là encore, l’interface WPF va contribuer à ces nouvelles applications étonnantes, liées aux images, à la TV ou vidéo, supportées par les home-media centers.” Là-dessus, Steve Ballmer a invité sur scène Arnaud de Puyfontaine, dg des éditions EMAP, avec qui Microsoft a co-développé des guides de programmes télé très interactifs. Une brillante illustration, disons-le, ce que peut être le Web 2.0. Plus tôt, en milieu de matinée, Pierre Chappaz, fondateur de Kelkoo (Yahoo) s’est montré tout aussi convaincant en présentant, en avant-première, le futur service Wikio (“You are the media“), qui, à partir de mai 2006, va permettre aux internautes de construire leur propre service agrégateur d’informations d’actualité. C’est un moteur de recherche d’actualités qui sélectionne à partir de ‘tags’ et confronte aux préférences des autres internautes. Intervenait également, Michel Meyer, ex-fondateur de Multimania, un portail de pionnier revendu à Lycos. Il vient de créer Kewego, un service de gestion des programmes (contenus et publicité) pour les télés locales. Autant de présentations édifiantes, plus convaincantes que certaines démos vouées au plantage (comme une tentative de communication en VoIP à.. sens unique!). _____ (*) Ajax: technologie qui repose sur des standards supportés par tous les navigateurs “modernes” et repousse les limites de la navigation sur le Web. Les applications Web sont plus dynamiques et plus interactives pour l’utilisateur. Pour les développeurs Web, Microsoft a développé Atlas, un ‘framework’ censé simplifier la création d’applications Web Ajax. (**) WPF et WPF/E : Windows Presentation Foundation, nom formel de l’interface utilisateur de Windows Vista, précédemment désigné du nom de code ‘Avalon’, avec sa fameuse SideBar (où l’on peut développer et mettre ses propres ‘gadgets’) Basée sur XAML , eXtensible Application Markup Language – Langage Microsoft de description d’interfaces utilisateur graphiques utilisé par AValon/ WPF) (cf. comparaison avec XUL XML XML User interface Language – langage de description d’interfaces dynamiques de type DHTML, implémenté par Mozilla. XUL se prononce “zoule”. Voir XBL). WPF/E (E pour Everywhere): pour que la continuité entre le Web dans le navigateur et au-delà soit réelle, pour permettre de mixer le meilleur des mondes, pour donner aux utilisateurs une “expérience riche et cohérente” quels que soient le navigateur et la plate-forme d’exécution: un environnement graphique multi plates-formes. http://blogs.msdn.com/mszcool/archive/2006/04/25/583317.aspx http://channel9.msdn.com/ShowPost.aspx? Questions d’internautes…. Frustrant! (+ mise à jour)

Un peu frustrant tout de même! Steve Ballmer était disposé à répondre aux questions… mais uniquement à celles envoyées les jours précédents par e-mail -celles dûment sélectionnées, politiquement correctes? (craignait-on quelque impair en pleine semaine de confrontation devant la Cour de Justice européenne à Luxembourg ?!) Donc, vivent les blogs! pas de questions en direct… – ‘Thin clients’ (clients légers) contre clients (lourds: où est le futur?

S.B.: Il y a une réponse conceptuelle et une réponse technique à cette question… Un client avec beaucoup d’attributs, riche, n’est pas “thin”. Un client ‘thin’? Ca veut dire pas cher, facile à installer? mais incomplet… Avec Ajax, on se situe entre les deux Il y a aussi le coût du déploiement à ne pas oublier -L’orientation de Microsoft vers le Web 2.0 va-t-elle se faire en accord avec les règles édictées par le W3C pour une meilleure accessibilité et compatibilité ? ([Mise à jour 22/05: question de Pierre-Henry Langlois, Neocase Software)

S.B.:”Oui, c’est une de nos orientations. J’ai parlé de ces 4 ‘phénomènes’; certains d’entre eux seront conduits ou soutenus par des efforts de standardisation, certains seront conduits par des efforts d’innovation de notre part, ou de la part d’Adobe ou d’autres firmes. Il ne faut pas imaginer, selon moi, que toutes les technologies Web 2.0 seront fondées sur des standards, mais dans des domaines où les standards sont importants et là où nous rejoignons les standards, vous verrez que nous nous y conformerons pleinement. Prenez Internet Explorer 7: nous avons réellement donné priorité à faire mieux ce travail d’adaptation pour être vraiment conformes à un bon nombre de règles ou recommandations provenant du forum W3C.” Donc, oui: nous allons appliquer ces standards, mais nous allons également développer des choses innovantes de notre cru, tout comme d’autres acteurs du marché vont également développer des innovations de leur propre initiative”. -Le logiciel comme un service et le logiciel ouvert ‘open source’, n’est-ce pas cela l’innovation?

S.B.: Derrière cette question, je vois où l’on veut en venir (rires!) ; tout d’abord le concept de logiciel pour services est intéressant mais, pour nous, cela ne veut pas dire que le logiciel devienne gratuit! Chacun voudrait des fonctionnalités toujours plus riches et ne plus payer ou payer moins…. La réponse est entre les deux. L’Open Source? Nous sommes très clairement en compétition avec l’Open source: nous continuons de nous battre pour l’innovation, pour plus de fonctionnalités et pour un prix de revient ou prix d’utilisation (TCO) moindre Maintenant la tendance est à ce que les logiciels soient téléchargés, c’est vrai. Mais ce modèle a ses limites, non? Vous imaginez que dans les entreprises le service soit réduit à du téléchargement de logiciels?…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur