Steve Jobs dit non au porno pour l’iPhone

Cloud

Ça balance pas mal chez Apple. Steve Jobs, garant d’une certaine moralité, invitent les utilisateurs avides de porno sur smartphone à se tourner vers Android.

Chaud devant ! Ardent défenseur et honnête pourvoyeur de la juste moralité, Steve Jobs, Pdg d’Apple, refuserait les contenus pornographiques pour l’iPhone et l’App Store. Mieux, il conseillerait aux amateurs de sites « coquins »… de se rendre chez son concurrent Android.

« Les gens qui veulent du porno n’ont qu’à acheter des téléphones sous Androïd. » La déclaration, révélée par le site américain Techcrunch le 19 avril, fait son petit effet outre-Atlantique.

Apple, garant d’une certaine moralité

Car le responsable d’Apple, toujours selon Techcrunch, semble bel et bien se prévaloir d’une certaine moralité. Répondant à un client qui l’interrogeait sur la politique de contrôle des applications du téléphone, Steve Jobs écrivait: « Nous pensons que nous avons la responsabilité morale de maintenir les contenus pornographiques hors de l’iPhone. »

La déclaration supposée du Pdg d’Apple intervient après le rejet en décembre de l’application NewToons proposée pour l’Apple Store par l’américain Mark Fiore, caricaturiste et Prix Pulitzer du dessin de presse. Dans un e-mail du 21 décembre, Apple justifiait ce rejet en expliquant que l’application NewToons « contient des éléments qui ridiculisent des personnages publics, en violation de la section 3.3.14 de l’iPhone Developer Program License Agreement: une application peut être rejetée si elle diffuse un contenu (texte, graphique, dessin, photo, son) qu’Apple juge désobligeant, par exemple un contenu pornographique, obscène ou diffamant ».

Cependant, selon les informations du Monde (20/04), le dirigeant d’Apple semble être revenu sur sa décision dans sa correspondance. « L’application de Fiore sera dans le magasin virtuel prochainement. C’était une erreur », a répondu Steve Jobs au caricaturiste tout en insistant sur le fait que les contenus à caractère pornographique n’avaient pas leur place sur l’iPhone.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur