Stockage et archivage: IBM pousse l'infrastructure “dynamique”

Réseaux

Dans le contexte de son programme stratégique “Smarter planet’, Big Blue met l’accent sur l’analyse et les solutions

Le porte-feuille d’IBM en matière de stockage et d’archivage de données n’est pas toujours très lisible, du fait, par exemple, qu’une partie de l’offre au catalogue provient de constructeurs spécialisés (OEM, original equipement manufacturers) comme LSI, NetApp, Tandberg Data…

Mais le géant mondial tient à se démarquer ; il préfère parler de ‘solutions globales’ plutôt que d’offres produits.

Notre offre s’incrit, elle aussi, dans le programme stratégique ‘Smarter planet‘ initié à la fin 2008“, explique Eric Chiquet, responsable produits stockage chez IBM France.

Pour rappel, ce vaste “plan-programme” est pluri-annuel ; il fait suite à l”e-Business’ du début des années 2000 et au célèbre “On demand’ (ou “Le service informatique à la demande“), formule réprise, depuis, par nombre fournisseur.

L’idée maîtresse de ‘smarter’, c’est de mieux utiliser l’informatique , avec moins de gaspillage en énergie, en équipements“.

Cette démarche intégrant solution et service renvoie à thèmes ou axes principaux:

– privilégier les solutions durables (‘sustainable‘ en anglais), comme on parle de “développement durable”;

– travailler plus intelligemment (‘working smarter’)

– mieux extraire la valeur de l’information : (‘new intelligence‘)

A cela s’ajoute, depuis le 28 avril, ‘l’infrastructure dynamique“.

Il s’agit de faire évoluer l’informatique ( le système d’information en ligne avec le développement de l’activité de l’entreprise) pour qu’il soit capable de s’adapter en temps réel“.

Cela doit aussi se traduire par “une incidence sur la baisse des coûts (dans l’exploitation notamment) , par une amélioration des performances et par un renforcement de la sécurité ou “résilience”.

Ce concept d'”infrastructure dynamique” renvoie à plusieurs initiatives:

Cela s’enchevêtre un peu comme un hélice de chaîne ADN: idéalement, il faut combiner gestion de service, gestion des assets, sécurité, résilience, économie d’énergie, consolidation et virtualisation, infrastructure SI…“, explique encore Eric Chiquet.

“On constate que les entreprises rencontrent quasiment toutes ce problème: la forte croissance des volumes d’informations. Selon nos sources, la tendance moyenne est de +54% de besoins de capacité supplémentaire en supports de stockage chaque année. Et nos interventions sur le terrain nous font constater 4 grandes préoccupations: 1- travailler à la haute disponibilité des informations : s’assurer que l’information soit effectivement accessible directement ou selon une hiérarchie de priorité (supports ‘tier 3‘) ; donc garantir l’efficacité des sauvegardes et, surtout, la restauration effective des données en temps voulu; 2- tout mettre en oeuvre pour que le temps de remise en route soit le plus court possible ; stockage, rétention de l’information , archivage… 3- se mettre en conformité avec la réglementation (archivage sécurisé des données comptables, anonymisation des données, etc.) 4- sécurité dans la protection des informations Voilà pourquoi, plutôt que de produits, nous parlons “solutions” et “services“.

Outre ces solutions, IBM a également mis en place des ‘ateliers d’accompagnement‘. “Nous fixons, entre autres, des gains potentiels à partir de ressources, en réduisant et contrôlant les risques, l’un des principaux enjeux étant la qualité de service“, ajoute Eric Chiquet.

Dans ce cadre, nous partons d’études techniques (consulting) en analysant l’existant. Un rapport final est remis, incluant des recommandations et un plan de marche à suivre“.

Une offre interne et une offre OEM

De façon classique, l’offre d’IBM se répartit en deux volets: – le stockage sur disques et, plus original, ‘on-line’ ; “L’offre en ligne connaît un intérêt croissant“, observe au passage Eric Chiquet. L’offre porte aussi bien sur des solutions en serveurs (NAS) qu’en réseau (SAN), avec des produits IBM ou des produits d’origine NetApp ou LSI. – les solutions de sauvegarde/archivage deux gammes principales : . DS 8000 (IBM) sur processeur Power (introduit en 2004 avec le Power 5, et aujourd’hui, à sa 3è génération, doté du Power 6 d’IBM); Offre de ‘serveur de stockage de hautes performances et de haute disponibilité’: fonction miroir sur 2 voire 3 sites ; particulièrement adapté à un PRA (plan reprise d’activité); la capacité démarre à 15 tera-octets, avec extension possible à plus d’un péta-octets. Postionnement prix : à partir de 150 K-EurosPrincipales innovations depuis avril 2009: . un nouveau modèle supportant des disques encryptés (d’origine Seagate) , avec un ‘chip’ d’encryption (technologie FDE) . disques mémoire flash SSD (solid state disk): pour la première fois au catalogue ; apportant un ratio de 1 à 15 en performances. “C’est une offre particulièrement bien adaptée aux applications transactionnelles, dans la banque, le e-commerce, par exemple)” Autre atout, l’universalité des plates-formes systèmes: Unix, Linux, Windows, IBM Systèmes i’ (ex AS-400) . DS 5000 (OEM, d’origine LSI): disponible depuis septembre 2008 Il vient compléter le DS 4800, en moyenne gamme. Depuis avril 2009, il bénéficie de la nouvelle fonctionnalité d’encryptage ‘FDE’. Connectique à très haut débit : jusqu’à 8 connecteurs Fibre channel.La capacité se situe entre de 5 à 25 tera-octets ; mais large ‘évolutivité’ Investissement: entre 50 et 150 K-euros . N Series (OEM d’origne NetApp); il s’agit d’une solution NAS (IP, iSCSI…), sur laquelle ont été rapportées des connexions à très haut débit ‘(Fibre channel) ; Commentaire d”IBM : “une offre bien adaptée à des environnements avec larges bases de données, ERP (SAP, Oracle…) ou serveurs de messagerie” Investissement : entre 50 et 150 K-euros. L’offre XiV Lancée fin 2008, cette offre provient d’une acquisition d’une société israélienne fondée par un ancien “pilier” d’EMC (gamme Symmetrix) (cf. entretien avec son fondateur, Moshe Yanai). Elle est positionnée en haut de gamme ; capacité allant de 30 tera à 80 tera-octets, pour des coûts d’exploitation réduits au minimum: “Une fois que l’on a défini des volumes, l’unité s’auto-régule, en fonction de la contention, du flux des données à sauvegarder” Cette solution intègre, en standard, toutes les fonctions importantes, en standard: thin provisioning, snap-shot, mirroring. Positionnement tarifaire: à partir de 5 euros par giga-octet. Sauvegarde sur bandes /cartouches IBM dispose d’une offre allant des ‘mainframes’ aux systèmes pour PME: – l’offre Jaguar, conçu par IBM, pour les grands systèmes; – l’offre LTO 4 d’origine Tandberg Data – l’offre de virtualisation sur bandes : deux gammes, VTS (plutôt orientée vers les mainframes) et l’offre VTL (d’origine OEM) Déduplication Depuis quelques semaines, suite au rachat de la société Diligent (intervenu mi-2008), IBM propose une ‘appliance’ dédiée à la déduplication (‘Protect-tier’).Découvrez les solutions de stockage et de virtualisation IBM.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur