Pour gérer vos consentements :

Stockage NAS : QNAP se met en rack pour les PME

Pour accompagner les PME, ou les filiales de grands comptes, dans la gestion et la préservation des données à l’échelle des petits groupes de travail avec en toile de fond des scénarios multisites, QNAP consolide son offre de serveurs de stockage Turbo NAS.

Référencés TS-420U et TS-421U, les deux modèles intronisés au catalogue embarquent 4 baies SATA-II (3 Gbit/s), pour une capacité maximale de 12 To, sur disque dur ou SSD. En rack au format 2U, ils sont construits en monosocket, sur base ARM.

Seul le processeur Marvell, non évolutif au même titre que la mémoire vive (1 Go DDR3, non-ECC), les différencie : 1,6 GHz pour le TS-420U et 2 GHz pour son homologue.

De l’iSCSI sous le capot

Dans la pratique, on obtient des dispositifs peu énergivores, annoncés à tout juste 30 W en fonctionnement avec 4 disques durs. Le tout avec la garantie d’une qualité de service motivée notamment par le support des environnements virtuels en IP-SAN (iSCSI) et de multiples solutions de backup.

Pour gérer efficacement les flux de données, QNAP a intégré un gestionnaire de sauvegarde à haut débit utilisable en conjonction avec les 2 ports USB 3.0 et les 2 connecteurs eSATA. En mode synchrone ou asynchrone (planifié), la réplication peut s’effectuer sur FTP ou vers le cloud, dans un espace Amazon S3, ElephantDrive ou MyCloudNAS, lié à Symform.

À noter la possibilité de capturer des instantanés pour orchestrer une déduplication au niveau des blocs.

Données sécurisées ?

Cette même logique de préservation des données et de continuité de service transparaît avec la prise en charge des configurations RAID et du « hot swap » (disques amovibles à chaud, sans redémarrage). En outre, s’il est possible d’associer les deux interfaces Ethernet pour gagner en performances, leur redondance facilite aussi la continuité d’activité en cas de défaillance.

Une sécurité qui ne s’applique toutefois ni à l’alimentation, ni au système de ventilation, propriétés réservées à des modèles de classe supérieure. De même, pas de logement PCIe, ce qui proscrit l’installation d’une carte d’extension 10GbE. Les autres bénéfices résident plutôt du côté du système d’exploitation qui équipe la gamme Turbo NAS.

Le CES 2013 a été le théâtre d’une refonte graphique et fonctionnelle de cet OS propriétaire. A la clé, une compatibilité renforcée vis-à-vis de Windows 8, un écosystème applicatif élargi via des fonctionnalités de Media Center et de vidéo-protection, un support amélioré des services hiérarchisés LDAP, un outil de contrôle de la bande passante en réplication rsync…

Recent Posts

NegaOctet se concrétise : quels seront ses premiers usages ?

Le projet « green IT » NegaOctet a officiellement produit ses premiers livrables exploitables. Que…

3 heures ago

Nobelium : un parfum de SolarWinds en France

L'ANSSI attire l'attention sur des campagnes de phishing sévissant en France. Elle les attribue à…

4 heures ago

Hyperconvergence logicielle : la question du rapport qualité-prix

Les offres d'hyperconvergence logicielle dont le Magic Quadrant distingue l'exhaustivité n'apparaissent pas forcément comme les…

5 heures ago

Cinov Numérique : Emmanuelle Roux succède à Alain Assouline

Elue présidente de Cinov Numérique, Emmanuelle Roux affirme le rôle clé des PME de l'IT…

6 heures ago

AWS : une stratégie mainframe qui passe par Micro Focus

AWS lance, en phase expérimentale, un kit de migration mainframe-cloud qui repose sur des outils…

1 jour ago

Arm-NVIDIA : de la Chine aux USA, les barrières se dressent

Aux États-Unis, un nouvel obstacle se dresse face au projet de fusion Arm-NVIDIA. Quelles autres…

4 jours ago