Stockage: quand la ‘réduction de données’ s’émancipe…

Réseaux

Les volumes en forte croissance associés à une volonté forte de contrôler les investissements sont difficiles à satisfaire

Les environnements informatiques consomment et génèrent toujours plus de données et cette information est de plus en plus critique pour l’entreprise. Il convient donc de la protéger efficacement par des solutions technologiques mais aussi financières. Depuis quelque temps, le stockage disque, essentiellement basé sur ATA, permet de baisser sensiblement les coûts de protection grâce à l’utilisation de techniques issues de la cryptographie. Financièrement, le résultat est probant puisqu’on obtient un coût au Go inférieur au $ mais surtout inférieur à la bande. Les techniques utilisées sont baptisées de noms différents sur le marché et l’on retrouve les termes de factorisation, réduction, dé-duplication, coalescence de données ou instance de données unique (single instance storage). L’esprit de cette technique est de ne stocker qu’un seul et unique exemplaire de la donnée. Déjà bien présente dans les offres CAS (

Content Addressable|Aware Storage) dédiées au contenu de référence ou fixe, cette méthode fait une arrivée fracassante dans la sauvegarde à distance, des postes nomades, et même dans les mécanismes de sauvegarde plus classiques, et propose le remplacement complet des unités bandes par des unités disques. L’avancée est telle que Microsoft, avec Storage Server 2003 R2, propose une technologie d’instance unique de stockage pour les unités de stockage primaire qui va au-delà de l’utilisation courante et actuelle comme l’archivage ou la protection de données. Les données seront donc dé-dupliquées sur le serveur de fichiers permettant là aussi de réduire de façon significative la facture liée au stockage disque. On se situe un cran plus haut avec une utilisation et application quotidienne de la technologie. Gabriel Broner, ancien de Cray Research et de SGI, vient de rejoindre l’éditeur de Redmond pour piloter l’équipe stockage. N’oublions pas que Microsoft se lance aussi dans le cluster de haute performance (ou cluster de calcul) très gourmand et exigeant en accès disque. De ce côté, Microsoft ressert ses partenariats notamment avec Sanbolic et PolyServe, 2 éditeurs de systèmes de fichiers pour Windows. Momchil Michailovic, co-fondateur de Sanbolic, me confirmait l’état très positif de ce partenariat avec un volonté forte et commune d’adresser les besoins de data center. Est-ce à dire que Microsoft nous réserve une petite surprise dans les prochains mois? À suivre? Les acquisitions sont actives sur ce segment, ADIC a fait récemment l’acquisition de Rocksoft, Symantec de DataCenter Technologies en 2005 et les grands fournisseurs sont également présents: EMC, HDS, HP, IBM, Network Appliance ou SUN et aussi de plus petits comme Archivas, Asigra, Avamar, Data Domain, Diligent, ExaGrid, Nexsan, Permabit, RenewData, StoreWiz ou Zantaz. Maintenant reste à consolider les fonctions au sein de solutions logicielles ou matérielles couplant toutes ces belles innovations afin de réduire la complexité liée à l’arrivée de nouveaux éléments, certes efficaces, mais perturbateurs pour l’administrateur. Philippe NICOLAS Président et Fondateur SNIA France


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur