Pour gérer vos consentements :

Stride : Atlassian vient se frotter à Slack

« Il est temps de repenser la façon dont nous travaillons. Nous croyons que les équipes peuvent rester connectées et continuer à avancer. » C’est en ces termes qu’Atlassian s’exprime dans son billet de blog présentant Stride. De quoi s’agit-il exactement ?

« Stride est la solution de communication complète qui permet aux équipes de parler moins et de faire plus. » Avec Stride, l’éditeur tente de capitaliser sur l’expérience acquise notamment avec HipChat afin de la distiller dans un nouveau produit plus complet et capable de concurrencer Slack.

L’éditeur d’outils très populaires tels que Jira, Trello et Bitbucket, avait en effet son propre service de communication et de collaboration en équipe avec HipChat. Mais, avec Stride, Atlassiant veut « redéfinir la façon dont les gens travaillent tous ensemble, ce qui permet aux équipes de prendre des mesures et de vous donner l’opportunité de se concentrer sur les choses qui comptent le plus ».

Messagerie et conférence vidéo

L’outil englobe à la fois un service de messagerie textuelle et de conférence audio et vidéo. Nativement intégré, ce dernier est basé sur l’acquisition de Jitsi par Atlassian. Il s’agit de rendre possible l’organisation de meetings en toute fluidité et sans avoir besoin d’installer d’extensions. A l’avenir, il est d’ores et déjà prévu que des jonctions soient faites avec les autres produits de l’éditeur ainsi qu’avec des applications tierces via des intégrations, à l’instar de ce que propose Slack.

Comme HipChat, Stride permet le partage de fichiers, donne la possibilité de recherche des messages et de visualiser des images, ces dernières pouvant même être annotées. Stride doit aussi permettre le partage d’écran et l’accès à distance. Il possède aussi le « focus mode », qui permet aux collaborateurs connectés à Stride de notifier à leurs collègues qu’ils sont occupés. Mais, les messages peuvent toutefois continuer d’affluer et seront ouverts une fois que le mode focus est désactivé.

Stride va devoir conjuguer avec la concurrence de Teams (Microsoft), Workplace (Facebook), Google Hangout et Twist de Doist. Sans oublier l’incontournable Slack qui revendique 5 millions d’utilisateurs quotifiens et 1,5 millions payants. Dans cette optique, Stride fonctionne en mode freemium (socle gratuit). La seule limite concerne l’espace de stockage (limité à 5 Go) et l’archivage des messages (limité à 25 000). Pour s’en affranchir, il faudra opter pour l’abonnement à 3 dollars par mois et par utilisateur. Le déploiement outil se fera progressivement sur toutes les plateformes : via le Web, iOS, Android, macOS, Windows et Linux.

Vidéo promotionnelle de Stride signée Atlassian :

(Crédit photo : @Atlassian)

Recent Posts

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

2 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

4 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

18 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

21 heures ago

Salaires IT : à qui profite le dégel des rémunérations ?

La part des cadres de la fonction informatique qui bénéficient d'une hausse de rémunération retrouve…

22 heures ago

Quels standards pour la cryptographie post-quantique ?

À l'issue d'une procédure de six ans, le NIST a sélectionné quatre algorithmes à standardiser…

22 heures ago