Succession de pannes pour les services Cloud de Microsoft

CloudSécurité

Tour à tour, Lync, Exchange Online et Outlook.com ont été victimes de pannes. L’interruption de services a pu atteindre une demi-journée dans le pire des cas.

Sale temps sur les services de communications et de collaboration en mode cloud de Microsoft. Avant-hier, c’est Lync, l’outil de communication unifiée qui a été interrompu pendant près de 9 heures. La firme de Redmond a confirmé cet arrêt qui a impacté les utilisateurs d’Amérique du Nord, mais également de la zone EMEA et Amérique du Sud. Interrogé par nos confrères de ZDnet, Microsoft a indiqué que « la panne était la conséquence d’un problème de routage dans l’infrastructure réseau d’un datacenter. Les ingénieurs ont alors redirigé une portion du trafic réseau vers un autre datacenter pour réactiver le service à certains des utilisateurs ». Le service est revenu progressivement à la normale par la suite.

Rideau sur Outlook et Exchange Online pendant 12 heures

Autres services victimes d’une interruption de service, Exchange Online et Outlook. Les deux services de messagerie en ligne ont cessé pendant près de 12 heures. Ce blocage a été surtout ressenti aux États-Unis où les utilisateurs, notamment d’Office 365 qui intègre ces services, n’ont pas pu recevoir et envoyer des mails dès leur matinée de travail. Le système a été rétabli progressivement et Microsoft s’est fendu d’un communiqué confirmant la panne, mais sans donner de précisions sur les raisons de celle-ci. Une situation qui agace les partenaires de l’éditeur et en appelle à une meilleure communication sur ce type de problème, souligne CRN.

Des pannes onéreuses et risquées

Les pannes des services cloud ne sont pas fréquentes, mais certaines sont très médiatiques et surtout très onéreuses. Par exemple, une panne de 49 minutes en 2013 pour Amazon, lui avait coûté 4 millions de dollars de commandes perdues. Plus récemment, le service Creative Cloud d’Adobe s’était arrêté pendant plusieurs heures dans différentes régions du monde provoquant des perturbations pour certains clients.

De manière plus global, en 2013, l’International Working Group on Cloud Computing Resiliency, regroupant des universitaires avait calculé dans un rapport que les pannes avaient coûté 103 millions de dollars. Les raisons des interruptions de services sont nombreuses, allant de la panne électrique à la mauvaise manipulation en passant par un problème matériel, voire même la non prise en compte des années bissextiles.

A lire aussi :

Comment garantir la sécurité du Cloud public


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur