Crypto-valley : 1er vote municipal exploitant la blockchain en Suisse

AuthentificationComposantsMobilitéRéseauxSécurité
microsoft-blockchain

La commune de Zoug va procéder à une première expérimentation en Suisse : organiser une votation (un référendum local en Suisse) en utilisant la blockchain.

La « Crypto valley » suisse est à l’honneur grâce à la commune de Zoug, son épicentre, qui va organiser une votation en exploitant la technologie de la blockchain.

Ce référendum municipal aura lieu, indique Swissinfo.ch, entre les 25 juin et 1er juillet. Il s’agira du premier vote municipal exploitant la blockchain organisé dans le pays.

La crypto-valley aux avant-postes en Europe

Les questions de cette votation visent à déterminer si les habitants sont en faveur des feux d’artifice au festival annuel Lakeside et s’ils considèrent que l’eID devrait être utilisé pour emprunter des livres à la bibliothèque ou payer des frais de stationnement. En outre, les utilisateurs seront interrogés sur l’avenir de la carte d’identité pour les votes référendaires réguliers à l’avenir.

Zoug est largement connu pour être le coeur de ce qui est déjà appelé la « Crypto Valley » puisque la commune suisse accueille de nombreuses start-ups exploitant la technologie blockchain.

La petite commune de 26 000 habitants du canton de Zoug s’était déjà illustrée en lançant l’identité numérique basée sur cette technologie. Pour l’heure, en phase de projet pilote, elle permet notamment d’utiliser les crypto-monnaies pour payer certains services de la ville.

Baptisé eID (pour Electronic Identity), cette eID compte 200 utilisateurs et a été lancée durant l’automne 2017. Les personnes qui pourront ainsi voter utiliseront leur smartphone afin de télécharger une application basée sur l’architecture uPort, une architecture relative à la blockchain Ethereum. Le système eID a été mis en place par la société suisse Procivis.

La Suisse, un pays “blockain-friendly”

Plus largement, la Suisse souhaite que les deux tiers des cantons mettent en place le vote électronique d’ici 2019. Le pays permet également, depuis quelques jours, à des sociétés cryptographiques d’ouvrir officiellement des comptes commerciaux auprès de la banque banque privée Hypothekarbank Lenzburg.

Il faut dire que la Suisse occupe actuellement la première place dans la liste des pays européens, où il est le plus facile, grâce à une politique d’exonération fiscale, de lancer une entreprise basée sur la blockchain, selon une étude publiée lors de la conference blockchain BlockShow. Suivent Gibraltar et Malte. Par ailleurs, un consortium d’entreprises privées, dont la Poste Suisse, les Chemins de fer fédéraux suisses, Swisscom, Credit Suisse et UBS réunis autour de la co-entreprise SwissSign Group, a lancé un système numérique baptisé SwissID, une e-ID (identité électronique) suisse.

A Zoug, l’objectif est de tirer parti de cette tendance technologique qu’est la blockchain et de démontrer qu’il est possible d’améliorer de nombreux aspects différents d’une ville, tels que les secteurs politiques, économiques et sociaux.

(Crédit Photo : Montri Nipitvittaya-Shutterstock)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur