Sun embarque Intel (Xeon) sur sa plate-forme ouverte ‘blade’ 6000

Régulations

Le constructeur présente son châssis ou première plate-forme « blade
server » avec processeur Intel Xeon : le Sun Blade 6000 Modular System est
capable d’accueillir indifféremment des lames Ultra-Sparc, AMD ou Intel

Pour la première fois, des représentants d’Intel ont pénétré au siège parisien de Sun! La révolution se déroule devant nos yeux, la présentation du serveur lames Sun Blade 6000 vient confirmer le rapprochement surprise des deux géants historiques, initié au printemps dernier.

Une lame signée Sun et dédiée à la plate-forme Intel Xeon va prendre place dans le nouveau serveur blade de celui qui jusqu’au début de cette année s’affichait dans le camp des opposants au duo Intel ? Microsoft.

Mais quel chemin parcouru par Sun au cours des deux dernières années ! Une période marquée tout d’abord par le lancement d’une gamme de serveurs en racks ‘Galaxy‘ architecturée autour des technologies x64 d’AMD.

Sur la seule année 2006, la gamme Sun Fire x64 s’est taillée une croissance de 46 %, sur un marché qui a progressé de 14 %. Et dans le même temps, les serveurs Sun Fire T1000 et T2000 ‘Niagara‘ ont confirmé la position de la technologie UltraSparc propriétaire de Sun en affichant un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions de dollars.

Sun Blade 8000 et Sun Blade 6000

Pour autant, même avec une croissance de 39,5 % sur le marché mondial des serveurs x86, Sun peine à atteindre son objectif d’occuper la quatrième place, derrière les indétrônables HP, Dell et IBM, et devant Fujitsu et NEC.

Il est vrai que le positionnement anti ‘WinTel‘ de Sun lui interdisait d’accéder à une part importante et grandissante du marché des serveurs…

C’est pourquoi, après l’effet de surprise de l’annonce du rapprochement de Sun et d’Intel, cette ouverture du constructeur au monde x86 Intel a pris tout son sens. Et se concrétise aujourd’hui avec l’annonce de ce premier blade Intel Xeon.

Descendance du Blade 8000 et respect des standards

Le Sun Blade 6000 s’inscrit en droite ligne dans une évolution de la gamme Blade 8000, qui a marqué le marché par sa qualité et sa puissance, jusqu’à occuper 10 % de part du marché des blades.

Plus compact et moins capacitaire, il n’en a pas moins hérité de sa filiation avec la gamme 8000 et des innovations apportées par Sun. Face à ses concurrents en particulier, le Blade 6000 s’annonce plus modulaire, avec des capacités doublées.

<<< Lame Sun Blade X6250 Intel

Le châssis est 10U et multi-architectures, il accueille 10 lames Intel, AMD ou Sparc. Il peut aligner jusqu’à 1,28 To en stockage, et communique d’une part avec 2 modules NEM (Network Express Module), et d’autre part sur chaque slot avec 2 PEM (PCIe Express Module) Hot Plug et 2 Gigabit Ethernet pour 128 Gb en entrée-sortie.

Une première lame Sun Blade T6300 accueille un processeur Sparc, avec un maximum de 32 Go de mémoire. La Sun Blade T2200 est destinée à accueillir 2 processeurs AMD double c?ur série 2000 avec 64 Go de mémoire.

On apportera plus d’attention, compte tenu des circonstances, à la lame Sun Blade X6250. Elle est la première à accueillir 2 processeurs Intel Xeon série 5300 quad-core (quatre c?urs).

Sun a particulièrement soigné le refroidissement (cooling), avec deux flux d’air dissociés pour l’alimentation et pour les lames, et un ‘cooling‘ optimisé qui annonce un maximum en température de 15 à 20 degrés, pour 25 à 35 degrés sur la majorité des blades concurrents.

Sun a également optimisé l’architecture d’entrée-sortie. Les cartes d’E/S sont ainsi indépendantes des blades. Au lieu de déboucher sur des cartes E/S propriétaires, le port PCIe intégré ressort sur deux modules PCIe. Avantage, un système plus ouvert, plus performant et plus simple à maintenir.

Côté système d’exploitation, Sun reste fidèle à son Unix maison, Solaris. Mais il s’ouvre également à Linux et à Windows. Quant au système d’administration, Sun avance bien évidemment N1 System Manager, mais reste ouvert à ses partenaires, Altiris, BMC, CA, HP, Microsoft ou Tivoli.

Enfin pour le prix, le châssis seul mais tout équipé complet (avec les alimentations redondantes, 2 Network Express Modules, Chassis Monitoring Module, etc.) est proposé au prix de 4.500 euros.

Architecture de la lame Sun Blade X6250 Intel Xeon

Pour les lames, le prix varie selon la configuration. Lame X6300 UltraSPARC T1, 4Go de RAM, 5.300 euros ; lame AMD bi-processeurs X6220 dual core 2.0 Ghz, 4Go de RAM, 3.500 euros ; AMD bi-processeurs dual core 2.6 Ghz, 8Go de RAM, 7.500 euros ; lame Intel X6250 mono-processeur quad core 1.86 GHz/ 80W, 2Go de RAM, 3.300 euros ; Intel bi-processeurs quad core 1.6Ghz/ 50W, 8Go de RAM, 14.000 euros.

Un coup d’essai… à suivre, la révolution ne s’arrêtera pas là ! Et Microsoft ? La lame Sun Blade X6250 Intel Xeon n’est que la première d’une famille que le constructeur annonce grande. Après le blade, Sun devrait prochainement annoncer d’autres produits basés sur les technologies Intel, en particulier des serveurs en racks.Le constructeur a également indiqué qu’il suivra la roadmap d’Intel. Cette annonce n’est donc que la première d’une future longue lignée.En revanche, il demeure ferme dans son refus d’adopter la technologie Itanium. Il est vrai qu’avec Sparc, Niagaraet le futur Rock, Sun est servi sur le haut de gamme.Une question reste cependant en suspens : l’écosystème Intel est très lié aux environnements Microsoft, Sun va-t-il modifier son approche vis à vis de Windows ?Pour une entreprise commerciale comme Sun, qui a retrouvé ses ambitions et qui affiche une volonté de jouer l’ouverture, il semblerait logique – surtout depuis que les deux protagonistes ont mis fin à leurs conflits et affichent leur volonté de miser sur l’interopérabilité – que le constructeur se rapproche de Microsoft.Même si rien n’a percé en la matière, on peut parier sur de prochaines annonces qui iront dans ce sens. Sun n’a pas fini de faire sa révolution et de nous surprendre….

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur