Sun Micro commence à publier le code source de Solaris

Régulations

La société californienne tient ses engagements: elle va publier le code source de son système d’exploitation Solaris. Son logiciel désormais libre devrait soutenir les ventes de ses serveurs

Comme prévu, Sun Microsystems va mettre en libre accès le code source de son ‘

operating system‘. La promesse avait été faite par Jonathan Schwarts, directeur opérationnel COO) de Sun, lors du Sun Show de Shanghai en juin 2004. Le code source c’est un peu la marque de fabrique d’un OS. Il permet le bon fonctionnement du système et l’utilisation par l’ordinateur des bons programmes. Sa publication est un moyen pour se renforcer sur le marché. Il sera disponible dès jeudi sur le site Internet du groupe. Car Sun a terriblement souffert de l’explosion de la bulle Internet au début 2001. Et par rapport à la concurrence -IBM, Hewlett Packard et Dell- la firme a mis plus de temps pour se relancer. En rendant le code de base de Solaris gratuit et librement utilisable par les développeurs et d’une manière plus générale par l’ensemble de la communauté informatique, Sun cherche à étendre son marché et améliorer ses perspectives de croissance. Jonathan Schwarts a déclaré à Reuters : “Plus il y a de personnes utilisant Unix et Solaris Libre, plus grandes sont les opportunités de vendre le ‘hardware’ et les services nécessaires au déploiement du réseau” en précisant : “Le logiciel libre ne signifie pas zéro bénéfice, au contraire cela lève les barrières qui empêchent la hausse des revenus”. Solaris est une des versions les plus importantes d’Unix. Un OS utilisé pour les tâches lourdes comme les finances, le contrôle aérien? Le système d’exploitation de Sun est notamment en compétition avec Windows de Microsoft, AIX la version Unix développée par IBM et HP-UX la version UNIX d’HP. Solaris est également en compétition avec Linux. A noter : en février, Sun mettait en ligne une version gratuite de Solaris (Solaris 10) sur son site Internet. L’OS fonctionne sur les serveurs utilisant les microprocesseurs Sun’s Sparc, qui fonctionne avec les processeurs AMD Opteron (x86). Si Sun confirme son intérêt pour l’Open Source, le groupe n’envisage pas non plus de fournir tous ses secrets. Et notamment ceux concernant Java. Dans nos colonnes, Scott Mc Nealy, big boss de Sun évoquait sa stratégie open-source et Java. “Pour Java, nous avons déjà posé le principe d’une implémentation ‘Open Source’ de Java, mais le code source de Java en tant que tel n’a pas de raison à être Open source: il est réservé aux partenaires, aux développeurs Java. Ils sont un millier dans le monde, dont un grand nombre de firmes françaises, vous le savez (Axalto, Gemplus…). Nous limitons l’accès aux ‘runtimes’ Java, un accès limité à un cercle de développeurs, plutôt large. Il existe un vrai processus communautaire de Java, intéressant, original, avec une volonté très forte de compatibilité, d’interopérabilité”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur