Sun rend gratuit ses outils de développement

Régulations

Sun Microsystems crée une alternative gratuite et ouverte à l’environnement Windows. Il multiplie les annonces vers la communauté ‘open source’ et cherche à créer un écosystème complet et gratuit autour de Solaris

Ce sont pas moins de trois outils de développement majeurs que Sun vient de rendre gratuits et ‘open source’ : Java Enterprise System, N1 Management et Sun Studio Developer. “Avec plus de 3,4 millions de licences Solaris et près d’un million d’abonnés Java Enterprise System, nos clients et développeurs autour du monde nous ont demandé de franchir la prochaine étape logique, combiner le système d’exploitation ‘open sources’ qui grossit le plus rapidement avec la plate-forme logicielle de déploiement d’infrastructure la plus complète et opérationnelle au monde”, a déclaré Jonathan Schwartz, Président et COO de Sun. “100% de nos clients déploient des infrastructures Web et demandent à réduire le coût de leurs licences onéreuses et de leurs activités d’intégration système. Avec nos annonces qui tendent à rendre notre offre de logiciels entièrement ‘open source’, chaque développeur dans le monde a désormais accès à la plate-forme la plus sophistiquée disponible pour Web 1.0, 2.0 et au-delà. Le patron de Sun définit clairement la stratégie du groupe, qui créé une alternative gratuite et ouverte à l’environnement Windows : Solaris Operating Environment. L’éditeur voit plus large et rappelle que ses offres peuvent être combinées avec Solaris Enterprise System, Sun Java Enterprise System et ses outils de développement sur les plates-formes d’environnement les plus importantes, Solaris, Windows, HP-UX et Linux. Une offre apte à couvrir le cycle de vie des applications, du développement au déploiement des services, en minimisant les risques d’adoption par son approche open source. L’offre gratuite de Solaris Operating Environment se compose donc désormais de : * Solaris 10, le système d’exploitation Unix de Sun, auquel a été intégrée la base de données PostgreSQL; * La plate-forme logicielle d’infrastructure Sun Java Enterprise System, avec Identity Management, Business Integration, Communications, Application Platform, Availability et Web Infrastructure Suites; * N1 Management Software avec Sun N1 System Manager, Sun N1 Service Provisioning System et Sun N1 Grid Engine; * Tous les outils pour le développement en C, C++ et Java : Sun Studio 11, Sun Java Studio Enterprise 8 et Sun Java Studio Creator; * Les logiciels de client léger Sun Ray; * Sun Secure Global Desktop Software; * Sun Management Center. Certes, Sun vise directement Microsoft et l’environnement Windows, mais aussi, sans la nommer, la plate-forme Eclipse. Car sur le marché se dessinent deux plates-formes de développement qui semblent s’imposer, .Net (Microsoft) et Eclipse (IBM), mais Sun aimerait jouer les troubles fêtes. Avec Java, il dispose d’un argument solide mais immédiat, car .NET s’impose de plus en plus et Microsoft a fait évoluer son offre, avec SQL et Studio 2005. Il est donc temps pour Sun de jouer la carte de l’alternative et de donner un nouveau coup de pouce à ses outils de développement ? en les rendant ‘open source’ – car après il sera sans doute trop tard.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur