Sun revient dans le vert: les analystes sont perplexes

Régulations

Bénéfice net et chiffre d’affaires en hausse pour les trimestriels de Sun,
mais les analystes s’inquiètent quant à la capacité du constructeur à tenir
cette position

Les résultats de Sun Microsystems pour son deuxième trimestre fiscal ont agréablement surpris les marchés. Le constructeur affiche en effet un chiffre d’affaires en progression de 7 % à 3,57 milliards de dollars, et surtout un bénéfice net de 126 millions de dollars, ou 3 cents par action, qui fait suite à une perte de 223 millions un an plus tôt.

Si l’on exclut les charges exceptionnelles de restructuration et de compensation sur les actions, Sun affiche un bénéfice de 148 millions de dollars ou un BPA de 4 cents. Ces résultats, qu’il s’agisse du chiffre d’affaires ou du bénéfice, sont nettement au dessus du consensus.

Wall Street anticipait un résultat négatif, et le titre Sun a perdu près de 9 % en cours de séance, les résultats trimestriels ayant été publiés après clôture. Depuis, le titre s’est rattrapé sur la Bourse électronique, et a en partie comblé son retard.

Pour autant, ces bonnes nouvelles vont-elles rassurer les investisseurs sur le long terme ? Depuis 2002, la firme de Santa Clara n’a pas cessé d’accumuler des retards, alignant des trimestres et des années en perte, accumulant plus de 5 milliards de dollars de pertes…

Fort heureusement, Sun a bénéficié d’un confortable matelas, un trésor de guerre que d’aucun lui envierait et qui s’est renforcé lors des glorieuses années internet, à la fin du siècle dernier. Avant ce trimestre, cependant, il aura fallu l’appui inattendu de Microsoft – qui fidèle à son habitude a préféré payer pour mettre fin à un conflit autour de Java – pour qu’exceptionnellement Sun affiche un trimestre dans le vert, ce sur quoi les marchés n’ont pas été dupes.

Ne gâchons pas cependant le retour du constructeur sur le devant de la scène. L’année fiscale 2006 s’annonçait comme une année charnière, plan de restructuration et choix stratégiques audacieux à l’appui (suppressions de postes, acquisition de Storagetek, retour des serveurs et open source), elle a confirmé la pertinence des choix de Sun avec une progression de 18 % de ses revenus.

Arrivée à mi parcours, l’année fiscale 2007 est aussi riche en annonces de nouvelles orientations stratégiques, de l’accélération de l’ouverture de Solaris, l’Unix de Sun, à l’accord signé avec Intel. Les semaines à venir s’accompagneront de l’officialisation de Java en open source et de l’apparition probable des premiers serveurs x86 Intel?

Mais pour autant Sun se veut prudent, le style Jonathan Schwartz l’emportant sur la gloriole des années Scott McNealy. Ainsi, Michael Lehman, le directeur financier de Sun, n’a pas hésité à déclarer que la qualité des résultats du groupe a surpris, même en interne, et que les revenus de la division stockage et aux Etats-Unis sont plus faibles qu’attendus.

Et la révolution culturelle du passage des produits haut de gamme vers les entrées de gamme, avec en particulier le développement d’une plate-forme serveur spécifique aux architectures AMD, semble commencer à porter ses fruits.

Restera à Sun à confirmer que ce résultat trimestriel ne sera pas seulement un coup d’épée dans l’eau, comme l’ont toujours été les rebonds du constructeur jusqu’à présent, incapable de confirmer ces derniers dans le temps, un mal endémique semble-t-il !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur