Pour gérer vos consentements :

Supercalculateurs ARM : le consortium européen se lance dans le développement d’une puce Exascale

Le projet Mont Blanc 2020 vient d’être lancé en Europe. Il s’inscrit dans la suite d’un ensemble de projets de recherche couronnés de succès dans le domaine du HPC (high performance computing) basé sur la technologie ARM à haut rendement énergétique.

Mont Blanc 2020 correspond à la quatrième phase d’un projet lancé en 2011.

Depuis lors, trois étapes ont en effet jalonné le parcours du projet.

La première phase consistait à développer une nouvelle architecture informatique pour jeter les bases visant à définir une norme mondiale pour du HPC avec des performances exascale, c’est-à-dire capable de délivrer une puissance de calcul d’au moins un exaFLOPS (soit un milliard de milliards de calculs par seconde). Le tout avec une faible empreinte énergétique.

D’ailleurs, la seconde phase du projet a consisté à développer une plate-forme d’une efficacité énergétique extrême, avec un potentiel de calcul exascale, répondant aux défis du parallélisme massif, de l’informatique hétérogène et de la résilience (tolérance aux pannes).

La troisième phase du projet Mont Blanc, allant de 2015 à 2018, vise à s’appuyer sur les précédentes étapes dites « Mont Blanc » et du « Mont Blanc 2 ».

Le projet Mont Blanc 2020 vise, lui, à développer une famille de SoC (System on Chip) à technologie ARM de faible puissance pour de l’exascale computing. Pour assurer la pertinence économique des générations de processeurs qui résulteront de Mont Blanc 2020, le projet intègre l’analyse des besoins des autres marchés.

Le projet est ainsi basé sur un packaging modulaire permettant de créer une famille de SoC ciblant différents marchés, tels que le « HPC embarqué » pour la conduite autonome.

Le projet Mont Blanc 2020 dispose d’un budget de 10,1 millions d’euros, financé par la Commission européenne dans le cadre du programme européen pour la recherche et le développement pour la période 2014-2020 baptisé « Horizon 2020 ».

Le consortium Mont Blanc 2020 comprend également SemiDynamics, le CEA, le Forschungszentrum Jülich et Kalray.

(Crédit photo : @Bull)

Recent Posts

RGPD : vers une nouvelle méthode de calcul des amendes

Le Comité européen de la protection des données (CEPD) a adopté de nouvelles lignes directrices…

1 heure ago

Qui utilise (vraiment) les outils low code et no code ?

Près de 5 développeurs sur 10 utilisent des outils low / no code. Mais pour…

18 heures ago

DevSecOps : Snyk nomme Adi Sharabani CTO

Snyk a recruté Adi Sharabani au poste de chief technology officer. Il encadre l'évolution technique…

19 heures ago

JavaScript : Meta bascule Jest en open source

Meta a officiellement transféré Jest, son framework de test, à la Fondation OpenJS. Celle-ci s’engage…

20 heures ago

Avec Viva Goals, Microsoft rassemble les collaborateurs autour des objectifs business

Microsoft continue d’étoffer sa plateforme Viva, dédiée à l’expérience collaborateur, en lançant Viva Goals, un…

21 heures ago

Développeurs : Google Cloud pousse Assured OSS

Google Cloud va distribuer un catalogue de bibliothèques logicielles open source approuvées par ses soins.…

23 heures ago