Supercalculateurs : l’Europe rattrape les États-Unis dans le Top500

CloudDatacenters
4 Curie Bull © CEA

50 supercalculateurs pétaflopiques sont maintenant présents dans le Top500, dont 19 aux États-Unis et autant en Europe.

La liste du Top500 des ordinateurs les plus rapides de la planète vient d’être mise à jour. C’est toujours le supercalculateur chinois Tianhe-2 qui occupe la première place du podium, avec une puissance de calcul effective de 33,9 pétaflops.

La liste des clusters dépassant le pétaflops de puissance calcul s’étend dorénavant rapidement. 50 machines sont ainsi référencées aujourd’hui, contre 37 en juin dernier. Bon élève, la France aligne 5 clusters pétaflopiques (contre 3 précédemment), passant ainsi devant la Chine et l’Allemagne.

L’Europe monte en puissance

Pour la première fois, les pays de l’Union européenne font jeu égal avec les États-Unis. L’entrée en lice de certains pays, comme la Finlande, les Pays-Bas et la Suède, ainsi que le renforcement de l’arsenal français permettent à l’Europe de proposer un total de 19 machines dépassant le pétaflops. 20 en comptant le Piz Daint suisse.

Les États-Unis restent toutefois les champions du Top500, avec un plus grand nombre de machines classées (45,4 %) et une plus grande puissance de calcul totale. États-Unis (19 machines), Europe (19) et Asie (9) sont aujourd’hui les trois plus gros acteurs en termes de clusters pétaflopiques.

Du côté des constructeurs, HP (35,6%), IBM (30,4%) et Cray (12,3%) occupent à eux trois plus des trois quarts du marché du HPC. À noter toutefois, la cinquième place de Bull, avec 3,6 % de parts de marché.

Sur le même thème

IBM et Nvidia en charge de 2 supercalculateurs de 150 et 100 Pflops
Linux reste le champion incontesté des supercalculateurs
Bull ajoute un supercalculateur de 2,1 pétaflops à l’arsenal français

Crédit photo : © CEA


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur