Supercalculateurs : SiPearl signe avec Arm pour le projet souverain européen

ComposantsPoste de travail
SiPearl Arm

Chargé de concevoir le microprocesseur qui équipera les supercalculateurs exascale européens à l’horizon 2022, SiPearl signe avec Arm pour exploiter sa microarchitecture Zeus.

SiPearl consolide le socle technologique sur lequel reposera son microprocesseur « souverain » destiné aux supercalculateurs européens.

L’entreprise française vient d’officialiser la signature d’un contrat de licence avec Arm.

La microarchitecture Zeus en est l’objet. Le groupe britannique prévoit sa disponibilité pour cette année.

Chez SiPearl, on vise 2022 pour lancer la première génération dudit microprocesseur.

Si la propriété intellectuelle restera européenne, la fabrication sera taïwanaise. TSMC l’assurera dans un premier temps, à 6 nm, ce qui devrait permettre d’atteindre une puissance de 35 milliards de Gflops/W.

Les usages ciblés dans un premier temps relèvent du calcul haute performance. Il est question d’aller, à l’horizon 2023, vers la mobilité connectée et la conduite autonome.

Une deuxième génération de microprocesseur est sur la feuille de route, pour 2024. Arm devrait y être moins présent, notamment au profit de RISC-V.

SiPearl est né l’an dernier sous l’impulsion des principaux membres de l’EPI (European Processor Initiative).

Ce consortium réunit 26 partenaires publics et privés dont Atos et STMicroelectronics*. Ses travaux s’inscrivent dans le programme EuroHPC (entreprise commune européenne pour le calcul à haute performance).

* Philippe Notton, fondateur de SiPearl, est un ancien d’Atos et de STmicro.
L’entreprise bénéficie de subventions européennes de 6,2 millions d’euros dans le cadre du programme Horizon 2020.

Photo d’illustration © Bull

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT